Cette semaine le Mediterranean Fashion Prize (MFP) était installé à la Villa Méditerranée. Cet événement, organisé par la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode (MMMM) et à destination des créateurs du bassin méditerranéen en est déjà à sa 5ème édition.

Chaque année, un jury composé de personnalités incontournables du monde de la mode sélectionne 10 lauréats qui auront la chance d’être suivis avec un e-coaching personnalisé par des « experts » en développement international, plan de collection et branding, image et communication, protection de marque, et en business plan. Durant son installation à la Villa Méditerranée, les créateurs choisis on pu rencontrer les experts pour définir leurs besoins, mais ont aussi pu présenter leur collections aux acheteurs invités pour l’événement ainsi qu’à la presse nationale. Retour sur l’événement avec Muriel Piaser, consultante pour la MMMM depuis 4 ans et « experte » pour le MFP depuis l’édition 2014.

Pourriez-vous vous présenter brièvement ?
Issue d’un DEUG, je suis aussi passée par l’EFAP à Paris. Entre 1998 et 2002, j’ai pu travailler pour le salon du Who’s Next en tant que responsable commercial et ai participé à la mise en place de Fresh, l’Espace Jeunes Créateurs. J’ai ensuite créé deux salons en 2011 : The Box à Paris (dédié aux accessoires) et The Train à New York. Par la suite, j’ai décidé de créer ma propre société de consulting, orientée « International business development » et travaille principalement pour des marques de prêt-à-porter, d’accessoires, de salons en France et à l’étranger, d’institutions ou encore de Fashion Week à l’international. En ce qui concerne la MMMM, j’y suis présente depuis maintenant 4 ans, et participe en tant qu’experte du MFP depuis l’année dernière.

Quel est votre rôle au sein du MFP ?
Je suis « l’experte » chargée de l’international business developpement. Mon e-coaching [via Skype] avec les lauréats va consister à évaluer leur capacité de développement sur le marché international (en France et à l’étranger) en cherchant à savoir si le produit est adapté aux autres marchés, si leur force de production est suffisante, en donnant des conseils sur les salons à faire, les marchés où il faut s’implanter, les outils à donner aux acheteurs, etc…

Savez-vous ce que sont devenus les lauréats 2014 ?
Nous sommes toujours en contact avec la plupart et nous les suivons toujours. Certains ont pu développer leurs ventes à l’international (et participer à des fashion week comme par exemple avec Zorana Janjic et Myriaky), ils bénéficient de nos [avec les autres experts] conseils et expertises, en travaillant notamment sur leur stratégie afin qu’ils se développent au mieux.

Que peut-on dire entre les lauréats 2014 et les 2015 ? Est-ce qu’on peut observer une réelle différence ?
Cette année nous avons opéré une redéfinition des critères de sélection des candidats afin de répondre aux besoins du marché, et nous avons opté pour un e-learning pour plus de présence et d’accompagnement. Par ailleurs, les créateurs choisis ont des marques plutôt bien établies au niveau local avec une réelle structure de société et un potentiel de développement fort.

Y-a-t-il des créateurs à suivre particulièrement cette année ?
Je n’ai pas de vrai préférence pour un plutôt qu’un autre. Tous m’ont impressionnée par leur créativité. Ils ont une culture propre et un savoir-faire.

Un conseil pour la nouvelle génération de créateurs ?
La passion avant tout car c’est elle qui est moteur de la création. Mais il faut aussi être capable d’assimiler le produit à une marque, en répondant à des critères de prix, de marketing, de qualité, etc… Il ne faut pas oublié de tenter de répondre au mieux aux attentes du marché et rester attentif à ces dernières.

 Cédric et Baptiste