Qui dit passage dans la capitale, dit arrêt obligatoire au Grand Palais. Et à défaut d’y être allé pour le défilé Chanel (d’ailleurs on ne comprend toujours pas pourquoi on n’a pas été invité), on s’y est attardé pour « the » expo de l’année, j’ai nommé « Volez, Voguez, Voyagez » by LV.

Tout y est. L’histoire de Louis Vuitton le fondateur, sa biographie, ses œuvres et ses outils. Mais aussi celle du damier puis celle du monogramme. Des malles d’époque comme d’aujourd’hui, de la bagagerie classique à vocation utilitaire du siècle dernier, à celle de l’aire extravagante des défilés. Pas de doute sur l’intitulé, Louis Vuitton nous fait bien voyager. A travers son temps, ses mœurs, et son style emblématique qui fait de lui l’un des plus célèbres maroquiniers.  En s’appuyant d’une mise en scène digne de sa notoriété : on passe d’une salle revêtue entièrement de velours bordeaux monogrammée  à l’imitation d’un bateau au parquet penché – comme si on y était.

Une invitation avant tout à la découverte d’un réel savoir-faire et d’une maitrise hors pair, que l’on peut constater tant par les finitions des bagages, que par les ateliers techniques animés mis en place.

On en avait entendu que du bien et on ne peut que confirmer, une expo riche et libre d’entrée, soit aucune raison de s’en priver. Donc on file au Grand Palais, plus que quelques jours pour en profiter.