C’est au cours des mois de septembre à novembre 2016 que les élèves du Master 1 Métier de la Mode et du Textile ont eu l’occasion de discerner les techniques du Marketing qui sont essentielles au monde professionnel.

Avec l’intervention de Frédéric Barret ; directeur de la Marque Wikoo à l’international ;  ce sont les méthodes, les process du Marketing  mais aussi l’importance de la rigueur dans les échanges qui ont été soulignés.

En effet, dans une entreprise, tout comme dans la vie quotidienne, il est indispensable de comprendre ses interlocuteurs pour que le message soit clair et compris de tous ; mais aussi d’être curieux et de s’impliquer. Et c’est ce que Frédéric Barret a tenté de nous communiquer.

Nous avons voulu en savoir un peu plus sur lui, sur son parcours, son métier et ses responsabilités ; voici ce qu’il nous a répondu :

  • Quel cursus avez-vous suivi ?

« Après avoir réalisé une classe préparatoire scientifique, j’ai intégré une école d’ingénieur puis un mastère spécialisé en Marketing en Ecole de Commerce ».

  • Quel est votre secteur d’activité ?

«  Je travaille dans une startup française devenue maintenant une PME et qui a  une activité internationale ; spécialisée dans les smartphones et les objets connectés ».

  • Quel est le nom du poste (métier, responsabilités, hiérarchie) que vous occupez dans votre entreprise ?

« Je suis Directeur de Marque International au sein du service Marketing International de Wiko. Je suis en charge de 3 missions principales :

  • La stratégie internationale de la marque et tous ses outils identitaires
  • Les campagnes de communication internationales

Ainsi que tous les plans de lancements de produits, qu’ils soient stratégiques ou tactiques ».

  • Avez-vous choisi ce travail par passion ?

« Même si je ne suis pas un «geek», j’ai un vrai intérêt pour les technologies et les outils numériques. Le marketing ayant clairement évolué depuis que j’ai commencé à travailler, pouvoir faire ce métier au cœur du réacteur digital est justement passionnant ».

  • Selon vous, quelles sont les qualités requises pour être exercé votre métier ?

« Pour moi il y en a 3 :

  • La rigueur
  • L’esprit d’analyse
  • La créativité

      La rigueur et l’esprit d’analyse car contrairement à ce que l’on peut penser, construire une stratégie marketing cohérente s’appuie avant tout sur une capacité à parfaitement comprendre le marché et identifier les besoins des consommateurs. On peut considérer cette approche scolaire et à moins d’un coup de chance, ce n’est jamais intuitif.

      La créativité parce qu’une fois que le besoin est identifié et que l’angle d’attaque sur le marché est défini, il est nécessaire d’apporter quelque chose de nouveau que ce soit via l’innovation, les outils de communication, le ton… Et cette créativité ne s’apprend pas à l’école. C’est une créativité qui s’appuie sur une curiosité permanente partout, tout le temps ».

  • Quels sont les aspects les plus intéressants, selon vous ?
  • les moins ?

« Honnêtement c’est une question difficile parce que tout peut être intéressant dans le métier: de l’analyse à la finalisation du projet. Bref sur toutes les étapes. C’est un métier central qui permet d’avoir des contacts avec de nombreux services dans l’entreprise mais aussi avec les agences…

      C’est aussi un métier qui nécessite de se renouveler sans cesse. Par exemple, l’arrivée du Digital a complètement révolutionné ce métier dans les années 2000 et il a fallu non seulement s’adapter mais complètement changer notre manière de penser et de construire une stratégie marketing. Et aujourd’hui, on ne parle même plus de stratégie digital centric mais plutôt de smartphone centric car les outils de mobilités sont devenus les 1ers outils d’accès au web, et inévitablement ça change le comportement des consommateurs, et l’expérience qu’on peut leur donner.

Les moins, c’est peut-être les timings… On doit souvent travailler dans l’urgence et sous pression mais ça aussi, avec l’expérience on apprend à le gérer ».

  • Quels conseils donneriez-vous pour accéder à ce type de métier, au regard de votre parcours? 

« Dans un 1er temps avoir une expérience internationale qu’elle soit étudiante ou professionnelle.

      Ensuite, mais peut-être suis-je déformé par mon parcours de ce type, les méthodes de base du marketing s’acquièrent très vite et bien dans les grands groupes internationaux. C’est un apprentissage qui après, peut permettre d’évoluer dans des structures plus petites, plus agiles et sentir immédiatement sa valeur ajoutée ».

  • Pourquoi avez-vous accepté d’intervenir au sein du Master métier de la Mode et du textile de l’Université Aix-Marseille ?

« Il y a un constat : je suis très surpris que lorsque des jeunes diplômés, quelle que soit leur parcours, arrivent dans un service marketing et ne connaissent pas les méthodes de base du marketing. Ils ont une vision très générale et très théorique du marketing qui leur est enseignée.

      Donc j’ai voulu à la fois leur apprendre ces méthodes de base, qui leur permettront de se différencier lors des entretiens.

Et c’est encore plus vrai dans les métiers de la mode où ils vont évoluer dans un univers avec des profils très créatifs, voire même artistiques avec qui il faudra échanger et construire un objectif commun. Et seule la rigueur peut compléter avec efficacité la richesse créative des designers et de leurs équipes.

Et de manière égoïste, c’est également un challenge personnel. Les étudiants ne laissent rien passer… C’est donc aussi se mettre en danger. Se retrouver face à eux pendant plusieurs heures, c’est une manière de tester sa capacité à maintenir l’attention, à faire passer des messages, et je l’espère, à les aider à se projeter dans leur carrière… ».

  • Quelle vision, quel aspect, du monde professionnel leur avez-vous transmis ? dans quel but ?

 « J’ai voulu prouver que le marketing est un métier de rigueur. Que comme tous les métiers, tout le monde n’a pas de compétences marketing: ce n’est pas parce que tout le monde est capable de donner un avis sur une campagne de pub, que tout le monde est capable de faire du marketing. C’est très facile de réagir devant une publicité et de dire n’importe quoi, alors que devant un tableau financier, à moins d’être dans la finance, tout le monde se tait !

      J’espère aussi leur avoir fait comprendre que la curiosité est une clé de ce métier et que c’est en regardant ce qu’il se passe dans tous les secteurs – au-delà de la mode – que l’on identifie des best practices ou des nouvelles méthodes ».

barret

Léva Larbi