Mode In Marseille

Le blog des étudiants du Master Métiers de la Mode et du Textile

Catégorie : Catégories (Page 1 sur 3)

DSC_9060

Interview with young designer Quoï Alexander @ ANTI-FASHION 2017

The second edition of ANTI_FASHION, initiated by Calvino Stephanie, consisted in a wide enthralling and rich playground for our Fashion master students. As many foreign designers were invited to present their work in some rustic boothes in the giant J1 airshed/ Marseille. One of those designers quickly caught our attention, manikins wearing garments with an impression of torn colored fabrics that couldn’t let you without questioning yourself. No labels on the creations, and the designer surely in the assembly listening to the participants, we managed to reach the young man the 2nd day of the conference. In a strong impetus of kindness and share, here’s what Quoï Alexander had to tell us : 

 

  • Could you name yourself and speak a little bit about you ?

My name is Quoï Alexander, Q.U.O.I « avec tréma pour le I » (he really did say that in french). I’m 26 years old and from California. My brand is based in Paris and it’s been there three years.

DSC_9113

  • What are the reasons that lead you to leave California to study in London ?

I actually studied sculpture and painting in California before and I also took a fashion class, I heard about Central Saint Martins from when I was fourteen and it was actually the only school I wanted to go to.

I loved at the time Alexander Mcqueen and John Galliano, and I was like « Ok they went to school there so I would go to school there » and it’s the only school I applied for and I got in luckily. I went to London when I was 18.

  • When did you decide your specialization would be in fashion ?

Actually my sister has a dance company in NY, my other sister is an actress and my mother is an artist and an art teacher, having all those arts around me made me understand fashion is like a combination of everything, it’s performance, it’s painting, it’s color. It’s cultural and anthropological, it has so many aspects to it. It’s like the one way you have to participate in art, you don’t have to fix your hair, you don’t have to draw paintings everyday, but you have to dress yourself you have to choose clothing, you have to wear something and that’s a statement, even if you don’t care, unless you are nude, which most people are not. So I found that social aspect really interesting. 

  • Well it seems that in your garment there are specific incorporated technics we didn’t really heard of yet, could you explain where it could come from or is it an innovated technic of your own ?

It came from experimenting, exploring a lot of time. I started to do weaving in a more traditional way, but with untraditional fabrics like rubbers and plastics and stuff like that. But I wanted to do something I can control a bit more, so I started to weave into a grade like a mesh, a mesh fabric. I found some of the mesh fabrics accidentally and I started to play with it and weave into it, and it just kind of evolved through the years to become sometime tridimensional, sometimes using leather. (He kindly shows us the top he’s wearing and explains a little bit more his technics)

There is no sewing, everything is done with just like this small knot around the end.

DSC_8987

DSC_8986

DSC_9042

I like to mix as many fabrics as I want to, I choose from everywhere, sometimes a lot of my fabrics I find in junkshops, I’ve also got into a lot of factories. I use their waste and all the leathers I use are extra from fashion houses and factories which don’t use them because they have mistakes or something but because I cut everything into small stripes, it doesn’t matter if there are some mistakes I can still use it. 

I like the idea of using waste, I like to give value to waste, because I don’t really believe in the hierarchy of things. 

Here for instance it’s a net, when I use something like that I can really engineer the fabric and choose like, Ok here I want this kind of leather, or this kind of structure, or if I want something else I can really be precise with each centimeter of the garment.

DSC_9110

  • You’ve already told us about Alexander Mcqueen and Galliano, but we would like to know more about your inspirations. Could say a word about it ?

My inspirations have evolved a lot, when I was a student and when I was young I was excited by other designers and as I progressed I became less and less interested. And now I don’t really get excited by many designers it’s more about my journey and myself. None me personally but the journey that I had so far artistically , where that’s leading. I like to try and push out inspiration, at least visual inspiration. I like to have concept and abstract inspiration which guide me but in terms of visuals stuffs I’m trying to push out as much as possible trying get something very pure and kind of instinctive in my work. 

  • Do you draw or you just imagine your garment during the preconception of your collections ? 

I love to draw and it was the way I used to work, I would draw and then design but now I kind of find that when I draw I can’t be surprised. What I always say to myself is that if I can imagine it before it’s created then it’s not good enough. If I can imagine it it means that my brain is working on it, and I know my brain is limited and I know my brain goes like use this, this and this. 

DSC_9034DSC_9030DSC_9029

But when I’m working and experimenting spontaneously it’s the only way that I can achieve something which is beyond me and better than me, and I’m still curating it, I find it more pure if I don’t draw first. Although I do love drawing, I end up doing the illustrations and drawing after the garment is created. 

  • Could you describe the motivation and the expectations of your customers in the purchasing of your collection ? What do they like about your collection ?

Well it’s turned that, bags are what people respond most to in terms of buying and wearing, I think they are easier to wear, a lot of the fabrics, a lot of the clothing become too complicated.

There are certain people who work in fashion that are really interested about my clothes and wear them, but in general I find that the bags are much easier for people to wear it. 

DSC_9023

  • What do you want to communicate to the fashion world ?

I want to say that we can work, we can be without labels and restrictions, without rules. I find we kind of have too many rules.

I want to make something which would connect to everyone and they can feel a deep connection to the clothes, but at the same time I don’t want people to like the clothes because of a reference or because of a preconceived idea. I hope to be expanding people’s mind and to be pushing their confort levels basically.

DSC_9027

 I have struggled with exactly what I want to communicate, for me the work comes first and the process.. well for me the concept is enough. So maybe people can be interested in the concept and that’s what I want to communicate.

When I’m looking to the features as a brand and what I want to say, it ends up being about breaking down, labels and pushing people to try new things I guess.

  • And maybe it is related to what you previously said, the waste is a value to you : 

Exactly, we don’t need all those kind of rules for our society or for our culture to give one thing so much value and to the other none

  • For instance, in your communication, do you use the word « sustainability » to describe your creations ?

Not really, I don’t really like the connotation that comes with it and I don’t like the idea that I’m putting that above design or above the concept. I feel responsible, not even responsible but I feel it’s necessary to be sustainable but I don’t want to use that as a marketing thing. I find it just as a core value rather than a tool. 

And I think that a lot of brands who try to be sustainable, they sacrifice something. 

  • We were looking for a name in your garment, a label but we couldn’t find it, could you explain us ? 

Yes, I don’t have labels. I don’t know. I think I should probably. Even the bags don’t have labels. I don’t know why, I should do it. (laugh) 

Like words, and vocabulary and stuff like that, I always struggle with it a lot even like sometimes people ask me to describe the brand in three words, I don’t like to give vocabulary and I want it to be beyond language, I want language to be unimportant. 

For example, on Instagram you have to have a brand name so it’s important but at the same time I struggled with language. 

  • But how do you communicate ? 

I use Instagram, but even pictures I don’t like very much. I prefer concept, and touching. The concept and the technology, or anti technology or whatever, I think it is the most interesting part and the image it’s great for communicating and I know it’s so powerful for us but I don’t like to have favorite photographers or anything like that, I don’t. I haven’t had an image which has been impacting in a really big way or in a really significant way so I don’t praise that much. No importance on that !

  • It’s not that without any communication the brand cannot evolve on a higher scale but how to manage it while diminishing the visual part ? 

In the end I become a very anti everything, no images, no words so I have to give in and to compromise at some points and in some ways. I don’t know what the scale will be. I want to continue to be able to work and to explore, and that’s the most important thing. I hope more people become interested in my work, but exactly the method for how to market that and how to promote, I haven’t figured out yet. 

DSC_9044

  • What do you think about that ANTI-FASHION phenomenon ?

I think it’s been really great, really interesting. Some opinions which I agree with and some not. And I think that’s cool to have a lot of types of stories. Yes I‘m really happy to be invited here, it’s been great. 

DSC_9107

  • Where do you sell your collections ?

I sell it online, and in a few shops in the US, France and Italy. 

My website is  quoialexander.com.

Pictures : Marion Jourdan

Marion Jourdan & Shérine Bakour 

Rendez-vous du Lundi : Témoignages anciens étudiants

yann

Yann Cecilïe Stage Poulain and Proust  Attaché de presse

Qui suis-je ? 

Alors brièvement, je suis Yann alias Hans Anton Van Cecilië, étudiant en Master 2 MMT.

Pourquoi le Master ?

De retour d’Allemagne, j’étais encore plus motivé pour me consacrer à mes loisirs et passions que sont la communication et la mode. Effectivement, je souhaite travailler dans la communication et les relations presse au départ pour ensuite me spécialiser sur le travail de l’image des marques. La formation propose des enseignements diverses et complets afin de découvrir et d’apprendre sur chaque cœur de métier lié à la mode. J’ai trouvé le Master intéressant car il permet de se spécialiser dans le secteur du textile et même si je me concentre sur la communication j’ai pu voir d’autres facettes du milieu et acquérir une certaine polyvalence

Qu’est-ce que j’ai appris ?

N’ayant pas un parcours marketing/management, j’ai appris au cours du cursus les bases de ces domaines. Aujourd’hui je me sers quasiment quotidiennement des cours de graphisme, PAO, CAO appelez ça comme vous préférez ! Que ce soit l’histoire de la mode, le modélisme, la logistique les techniques de ventes et les achats, chaque intervention était très formatrice et permet à chaque élève de construire son projet professionnel pendant les deux années.

Etudes avant le master ?

Avant de faire le Master MMT, j’étais dans une tout autre filière, en effet j’ai fais une licence de Droit suivie d’un séjour linguistique en Allemagne avec apprentissage intensif de la langue.

Parler du stage de 6 mois ?

Je réalise mon stage dans une agence de communication et relations presse à Paris. Je suis Assistant attaché de Presse Mode mais je travaille aussi avec l’équipe design/déco.

Au quotidien je m’occupe donc du showroom où sont exposés tous nos budgets et je traite les demandes de journalistes que l’on parle de shoppings ou de visuels.

De plus, je crée des news, communiqués de presse, lookbooks et autres supports à destinations des journalistes avec qui nous travaillons pour attirer leur attention sur nos produits.

L’avantage de travailler en agence plutôt que chez l’annonceur, c’est que l’on travaille pour différents budgets (marques), il faut donc s’adapter à chaque fois à un univers particulier et cerner le type de clientèle ciblée par le magazine. Ensuite je suis spécialement en charge des relations avec les blogueurs concernant les partenariats possibles avec nos budgets. Un peu de community management et suivi administratif (parution, veille, relances, etc.) accompagnent aussi mes journées. Etant là pour six mois, je forme aussi les autres stagiaires qui font des stages d’observation en les faisant participer aux taches d’un assistant attaché de presse.

C’est une bonne expérience car il faut aimer le relationnel, savoir être organisé, anticiper les demandes et se tenir au courant des tendances sachant que l’on travaille constamment en décalé avec une saison d’avance. Par contre, on se rend rapidement compte que le métier est en pleine mutation car la presse existe toujours, mais de plus en plus nous avons à travailler avec des influenceurs du web.

tessa

Tessa Dherlin Stage DIOR Développement textile

Pourriez-vous vous présenter brièvement ?

Je m’appelle Tessa Dherlin et je suis née aux Etats Unis de parents français. Mon père ayant déménagé au Costa Rica depuis mon plus jeune âge m’a permis d’être immergée dans la culture de ces trois pays. Je suis donc parfaitement trilingue en anglais, français et espagnol.

Quelles études précédant le master avez-vous effectuées ?

J’ai eu la chance d’avoir pu faire l’école française à Washington DC ainsi que l’école américaine pour mes deux dernières années de lycée pour le baccalauréat international. J’ai quitté les Etats Unis pour pouvoir rejoindre la prestigieuse école de mode, Studio Berçot. Puis j’ai complété une licence en Langue Etrangère Appliquées après avoir fait une année sabbatique en travaillant au Nicaragua et au Costa Rica.

J’ai fait divers stages dans des petites marques de prêt à porter à Paris ainsi qu’au musée des Arts Décoratifs en conservation préventive.

Pourquoi avoir fait le master mode ?

Ma famille a su me transmettre sa passion pour l’histoire, l’art, la mode et la création ainsi que pour le management. Ceci m’a donné envie d’aller plus loin que la création pure et donc j’ai décidé d‘intégrer ce master pour l’année 20162017 à Aix-Marseille.

Je voulais acquérir plus de connaissance dans les tous les métiers de la mode en espérant un jour ouvrir ma propre start-up dans le Prêt à Porter femme.

J’ai pu appliquer et approfondir les enseignements de mon Master et développer des compétences transversales en assistant une créatrice de bijoux marseillaise, VadiJewels, en lui apportant un support dans les multiples tâches liées au fonctionnement d’une jeune entreprise. Je reste fortement influencée par la mode qui représente pour moi bien plus qu’une simple image ou industrie mais l’histoire de notre culture l’identité de notre passé, une réelle vision d’une époque et de sa pensée.
Pourriez-vous nous parler de votre stage de 6 mois ?

La maison Dior apparaît à mes yeux comme étant un véritable acteur de l’histoire aussi bien pour la mode que pour la femme dans ce domaine. Chez Dior je travaille dans le développement textile au Studio. J’ai donc la chance de voir la progression de la collection tous au long de sa création et de son avancement. Je travaille avec non seulement les designers, les graphistes, la maille et la broderie mais aussi avec les fournisseurs de nationalités différentes, la production et le marketing. Mon bureau est responsable des décisions sur les tissus, des création de gammes de couleur et des gammes de tissus, du contrôle qualité des tissus et des tests d’imprimés, de la gestion des bons de commandes et des factures, la gestion du budget attribué, contrôle des informations sur chaque article et leur retranscription dans tous les services par le biais de la « bible »; book qui contient tous les scans, images, informations sur tous les tissus présent et non utilisés de la collection.

Marion Jourdan 

 

Intervention de Jean Brice Garella

18486201_10212859582904895_3691869159174852748_n

Ce mercredi 17 mai, nous avons eu l’intervention de Jean-Brice Garella, dirigeant du groupe de prêt-à-porter Indies, JJ Garella et Bleu Blanc Rouge dont le siège se situe à Gardanne. Également co-fondateur du Master métiers de la mode et du textile avec Roland Kazan, il lui semblait nécessaire de participer à la création d’une formation de mode afin de pouvoir apporter son expérience de terrain.

Entreprise à caractère familial et artisanal de 100 employés, nous avions eu le privilège, avec la présence de notre professeur de textile Philippe Giani, de visiter les locaux en novembre dernier, et de rencontrer les salariés des différents services avec qui nous avions pu échanger.

Ce mercredi après-midi, Monsieur Garella nous a expliqué les différentes étapes importantes quant à la création d’une marque. Il a ainsi présenté la méthodologie à adopter, les différents outils de pilotage inhérents à une entreprise, et a également fait part des différentes problématiques qu’il rencontrait au quotidien dans son entreprise. Chaque idée, argument, étaient illustrés d’un exemple concret qu’il avait vécu ou vu.  Enfin, il nous a présenté le métier de chef de produit qui fait plutôt l’unanimité dans notre promotion 2016-2017 !

Véritable moment de partage, nous remercions monsieur Garella d’avoir pris le temps de nous rencontrer et d’avoir pu répondre à toutes nos questions.

18520010_10212859588665039_2654422710951022988_n

Mathilde Corbière

Simon Porte Jacquemus et La Maison méditerranéenne de la Mode présentent le festival «OpenMymed : Marseille Je t’aime »

Détails d’un week-end placé sous la protection de la Bonne Mère :

Vendredi : L’inauguration de l’exposition « Marseille je t’aime » au musée d’Art contemporain de Marseille 

Un couloir immaculé de blanc, et dès les premiers pas dans l’antre du Mac, l’allégorie que supposent les tournesols semés n’ont que force de crier l’amour de notre contrée. 

Les quelques pièces froissées et plaquées sont soutenues par des pinces à linge boisées, elles reposent et attendent de sécher. Comme sur un lavoir d’antan, aujourd’hui réinterprété sous la forme d’un cube blanc et d’un rond disposé tout contre. 

La mise en scène donne véritablement vie à la formule minimaliste de Simon lorsqu’il parle de lui : « J’aime le bleu, le blanc, les rayures, le soleil, les fruits, les ronds, la poésie, Marseille et les années 80 ». Et dès lors, on comprend, on le comprend.

Plus loin, les clichés de la campagne OpenmyMed pris dans les callanques de Marseille parent les murs d’une formidable densité de couleurs, une sorte de boule humaine diaprée perchée sur les collines de Provence.

Une variante à la campagne déjà shootée par Willi Dorner mettant en scène un entremêlement de modèles sur un banc à Paris, quelques mois auparavant. 

C’est un Simon tout de jaune vêtu à la fois souriant et gracieux, qui à son arrivée, se prête volontiers au jeu des photos et emplit le musée d’une onde de bienveillance et de sympathie dont on ne saurait comment l’en remercier. 

DSC_8479I
Shérine
DSC_8492I

DSC_8491III

Aurélia Vigouroux

SamediDédicace du livre « Marseille je t’aime » 

Il y a eu foule au sommet du toit-terasse de la cité Radieuse ce samedi 13 mai, où Simon et son équipe se sont installés. Une séance de dédicace y a eu lieu, et de nombreux adeptes ont fait le déplacement pour se voir parafer le livre Marseille je t’aime. Un manifeste artistique qui mêle photographies, collages, natures mortes et illustrations sur un air d’hymne à la Cité Phocéenne. 

Plus tard dans la soirée, un cocktail a réuni l’ensemble de l’équipe, rythmé par les plus grands airs des années 80. 

CORBUJACQ

Simon Porte

Dimanche : Défilé les Santons de Provence

Le défilé présentant la quinzième collection de Simon Porte « Les Santons de Provence » a investi le Fort Saint Jean du Mucem de Marseille. 

Les jeunes modèles étaient pour la plupart non expérimentés, le souhait du créateur que d’harmoniser chaque trait de son show, il avouera même émerveillé avoir choisi un modèle de son village natal Mallemort. 

Les premières notes de la Force du Destin de Verdi se font entendre, et au loin les larges chapeaux de canotiers s’avancent empruntant la passerelle sous un ciel à demi couvert, prêt à laisser place aux teintes orangées d’un merveilleux coucher de soleil. 

Les costumes de santons défilent les uns après les autres, le public est lui tout de suite épris par tant de poésie et la bande son n’a de cesse de nous transporter avec elle dans l’univers que Giono comme Pagnol ont si bien narré : le Sud.

Le « minot des sources » comme il a été surnommé par la presse au lendemain du défilé, a su réhabiliter à sa manière une figurine qui nous est chère : le santon. 

Et de quelle façon, son génie a été salué d’une ovation qui n’en démordait plus. 

DSC_8631 DSC_8636 DSC_8674 DSC_8691 DSC_8725 DSC_8732DSC_8624

DSC_8743 DSC_8764 DSC_8771 DSC_8865

Une exposition mettant en scène ses performances en la forme de vidéos ludiques est abritée dans la chapelle Saint Jean du Mucem.

 Cet article me permet par ailleurs de remercier chaleureusement au nom du Master chacun des membres de la Maison Mode Méditerranée pour leur invitation et leur confiance, Maryline Vigouroux, Aurélia Vigouroux, Pascale Akiki, Coralie Tong ainsi qu’Audrey Vidarte. 

Crédit photos : Marion JOURDAN

Shérine BAKOUR

Rendez-vous du Lundi: Témoignages anciens étudiants

tenAude Chenevas Chef de produit HOM Diplômée en 2014

Pourquoi avoir fait le master mode ?

Après avoir fait Maths Sup/Spé j’ai cherché à me réorienter. Mes expériences auprès des jeunes créateurs de Marseille et dans la photographie m’ont à l’époque rapprochée de l’univers textile et j’ai décidé de suivre cette voie. Le Master étant une formation très diversifiée, j’ai porté mon choix sur cette formation plutôt qu’une autre.

Qu’est-ce que vous avez appris ?

Les différents métiers qui s’articulent autour du secteur de la mode, du stylisme au modélisme, du marketing à la communication de manière globale et appliquée à l’international, des achats en passant par la production… bref, tout ce qu’il y a à savoir sur le secteur et ses spécificités.

Quelles études précédant le master avez-vous effectuées ?

Je suis entrée directement en MPSI et PSI* après le bac, en Classes Préparatoires aux Grandes Écoles. Ne souhaitant pas devenir ingénieur, j’ai préféré obtenir une passerelle pour la fac de Mathématiques, pour ne pas perdre mes années de classes préparatoires durement acquises, et avoir le temps de chercher pour me réorienter. A ce moment là, le Master était tout récent, avec sa toute première promotion.

Pourriez-vous nous parler de votre stage de 6 mois ?

J’ai effectué mon stage de 6 mois de M2 à Paris dans le Showroom de Vivienne Westwood. J’étais Showroom assistant / coordinator : les équipes parisiennes de la marque étant très réduites, nous étions tous amenés à faire un peu de tout. Aider la presse lors des press days, participer aux défilés… Mais surtout organiser, gérer et mener la saison de vente sur Paris : inviter les clients à découvrir la collection, mener les rendez-vous commerciaux, prendre les commandes, suivre les commandes et les litiges, s’assurer des paiements, assurer le lien entre le client et le fournisseur…

Quel travail exercez-vous actuellement ?

Je suis actuellement chef de produit chez HOM où je coordonne le travail entre les équipes du style, de la production, du packaging, du web et de la communication. Je m’assure que nos collections correspondent aux attentes du marché, et travaille main dans la main avec toutes les équipes de l’entreprise : création de documents de formation sur les nouvelles collections, présentation des collections aux différentes équipes, choix de la mise en avant des produits selon un plan de communication, rédaction de descriptifs produits orientés SEO pour le web… L’intervention du chef de produit intervient à plusieurs niveaux.

ten2

Lisa Vettier Assistante collection, La Compagnie des Petits Diplômée en 2016

Pourquoi avoir fait le master mode ?

Afin de compléter mon cursus et obtenir un niveau master, avoir plus de connaissances en management et marketing des métiers de la mode.

Qu’est-ce que vous avez appris ?

J’ai appris énormément en PAO. Pour moi ça a été le point le plus positif de cette formation.

Quelles études précédant le master avez-vous effectuées ?

Après un Bac ES j’ai intégré un BTS modélisme durant lequel j’ai pu apprendre des bases de modélisme, de couture, les étapes de développement et de fabrication d’une collection textile.

Une fois mon BTS en poche, je voulais toujours travailler dans le textile mais je voulais améliorer mes compétences en langues et avoir plus de notions en commerce international, en droit, en marketing, c’est pourquoi j’ai décidé de faire un DEUG de Langues étrangères appliquées.

Après ces deux années en langues je suis revenue au textile en intégrant une Licence pro des métiers de la Mode à Cholet. Pour finaliser mon cursus j’ai fait le master des Métiers de la Mode et du Textile de la MMM.

Pourriez-vous nous parler de votre stage de 6 mois ? 

J’ai fait mon stage de six mois au sein de la société Sessùn à Marseille en tant qu’assistante de collection. J’ai surtout assisté la designer textile qui s’occupe également de la décoration et des installations des boutiques Sessùn. J’ai ainsi pu travailler directement sur la collection : les plans de collection, les books, les moodboards, etc, mais également sur les décorations des boutiques et sur les expositions ventes d’objets lifestyle Sessùn.

Quel travail exercez-vous actuellement ?

Je suis actuellement assistante de collection à la Compagnie des Petits aux Pennes Mirabeau près de Marseille. Je travaille au Service achats-collection. Je fais de la création, des dossiers techniques, du suivi de production, du contrôle de sizing. Je travaille aux côtés des chefs de produit et de la Directrice de Collection.

Marion Jourdan

Rencontre avec Nathalie Lebrun : San Marina

Ce jeudi, les étudiants de première année du master ont eu la chance de rencontrer Nathalie Lebrun, présidente de la marque San Marina. À travers cet échange, Nathalie nous a raconté son parcours ainsi que son rôle de présidente auprès de la marque.

      Nathalie a tout d’abord commencé en tant qu’assistante chef de produit puis chef de produit pour la marque Etam. Elle décida ensuite de partir deux ans aux États-Unis sur la Côte Ouest afin d’explorer de nouveaux horizons. Elle y découvrit de nouveaux concepts magasins, de nouveaux produits et de nouvelles techniques de merchandising.

Ce voyage aux Etats-Unis lui a ainsi permis d’élargir sa vision de la mode à un niveau international.

Dès son retour en France, elle se dirigea vers le domaine du luxe et travailla pour de grandes maisons comme Louis Vuitton ou encore Chanel dans le développement produit à l’international concernant la maroquinerie et les accessoires. Quelques années plus tard elle acquerra une expérience dans le retail moyen haut de gamme.

Nathalie est aujourd’hui présidente de San Marina qui fait partie du groupe Vivarte ; une marque de chausseur qui présente des modèles plus modes, plus branchés, plus extravagants que ces concurrents principaux ( André, Texto). Rattachée aux différents services (Marketing, commerciale, production etc…), Nathalie a pour rôle de coordonner les différentes actions nécessaires au développement et à la réussite des différentes lignes produits sur le marché français et international.

L’enseigne réalise un chiffre d’affaires de 130 millions d’euros et comprend 250 boutiques en France et à l’international. La société dont le siège se situe à Aubagne, est composée de plusieurs équipes : l’équipe produit qui comprend de deux chefs de produit pour la collection Femme, un chef de produit pour la collection Homme et un chef de produit pour les accessoires et la maroquinerie.

 Leur rôle est de dessiner et développer les produits dans les usines de production. L’équipe produit travaille également avec un responsable qualité et un responsable de gestion pour cadrer l’aspect quantitatif des collections. On retrouve aussi l’équipe marketing, communication et e-commerce qui ont un rôle majeur dans l’entreprise.

 L’équipe marketing opérationnel va définir les plans d’actions commerciales avant chaque saison. Ils travailleront en étroite collaboration avec l’équipe merchandising pour que la stratégie marketing soit en adéquation avec l’offre en magasin. L’équipe communication va déterminer les plans de communication les plus judicieux à mettre en place. Et l’équipe e-commerce va s’occuper de toute la partie web liée au e-shop afin de drainer un maximum de trafic.

Il n’est pas sans dire que la relation client est aujourd’hui un élément important et que l’entretien de l’image de marque mais aussi la volonté de répondre aux besoins spécifiques de sa clientèle pousse les entreprises à redoubler d’efforts pour rester compétitives sur le marché. San Marina l’a bien compris et essaye d’être la plus active possible pour faciliter l’achat du client, notamment par la création de nouveaux produits tendances et la mise en place d’opérations de communication et marketing originales.

Nous avons également l’équipe commerciale qui comprend plusieurs directeurs régionaux. Leur rôle est de superviser la force de vente, les former, de remonter l’ensemble des informations entre elles mais aussi de faire le lien avec le siège social.

Le rôle de présidente de Nathalie Lebrun est axé sur deux dimensions : stratégique et opérationnelle. Stratégique car elle élabore puis donne les grands axes aux chefs des différents services.  Elle coordonne les équipes, et énumère les points positifs et négatifs.

En tant que présidente, elle doit également rendre des comptes au groupe Vivarte concernant les chiffres, les différentes stratégies envisagées et les investissements à prévoir. Opérationnelle car elle se déplace dans les magasins pour voir les équipes, les clients et voir ce qui se reflète sur le terrain.

On peut également ajouter une dimension humaine car en tant que présidente, Nathalie met en coordination tous les services afin qu’il y ait une meilleure fluidité dans la réalisation des tâches, ce qui permet aux équipes d’être ainsi plus performantes.

Nous tenons à remercier Nathalie pour sa gentillesse et sa bienveillance. Ce moment de partage d’expérience nous a permis d’avoir une vision très concrète du monde de l’entreprise.

lebrun

Festival international Hyères

C’est du 27 avril au 1 er mai 2017 que s’est tenu le 32 ème festival international de Mode et de Photographie à Hyères dans le Var. Présidé par Jean Pierre Blanc, il a pour but d’encourager et de promouvoir le travail des jeunes créateurs de mode et de photographie. Un rendez-vous qui avait précédemment permis à Anthonny Vaccarello, actuel directeur artistique chez Saint Laurent ou encore Julien Dossena, chez Paco Rabanne, de se distinguer.

Entre accueil, concerts, défilés, ateliers, rencontres et expositions qui dureront jusqu’au 28 mai;  la compétition entre les jeunes talents a été rude. Avec la création cette année d’un prix des accessoires de mode. De quoi enthousiasmer les fanas de Mode et d’Art.

Parmi les dix stylistes, dix photographes et dix créateurs d’accessoires en tête de liste pour ce festival historique seuls certains d’entres eux ont eu le privilège de recevoir un prix.

 Retour sur les temps forts de ce rendez-vous incontournable de la mode :

Palmarès Photo 

La nouvelle génération de photographes à suivre est en route : le festival de Hyères et ces jeunes talents étaient au rendez-vous comme chaque année.

Présidé par Tim Walker, le jury de la photographie a récompensé Daragh Soden en lui permettant de remporter le grand prix Jury pour sa série documentaire « Young Dubliners ». Avec ces portraits pensifs d’une jeunesse dublinoise qui donnent à réfléchir sur l’avenir qui leur est réservé dans une société où le mot crise ne cesse de raisonner ; le spectateur a pu percevoir des expressions qui lui sont familières. Regards perdus, lueur d’espoir ou encore crainte résument les expressions et attitudes observées au travers de ce palmarès de portraits dubitatifs.

D

Pour ce qui est du prix American Vintage, c’est Luis Alberto Rodriguez, favori de la compétition qui l’a remporté avec ses clichés artistiques représentant des corps en mouvement dont les visages ont été dissimulés pour mettre l’accent sur la déstructuration des proportions du corps indépendamment du genre représenté.

D

Tandis que le prix de la photographie de la nature morte est revenu à la Roos Quakernaat avec ses modèles habillés en femme aux postures décalées et burlesques.


S

Palmarès accessoires

Côté accessoires, la française Wendy Andreu a remporté le prix du public et de la ville d’Hyères pour sa collection de sacs et de chapeaux.

 

S

D’un autre côté, à 28 ans, la créatrice Marina Chedel a reçu le grand prix Swarovski pour sa collection de chaussures à l’univers montagnard désignée Over the peak.

S

Palmarès Mode

Le Grand prix du Jury Première Vision a été décerné à l’unanimité à la suisse Vanessa Schindler, 29 ans, avec ces collections pour femmes mêlant des matériaux chimiques tels que l’uréthane, mais aussi de la fourrure et du jersey.  Elle a également obtenu le prix du public de la ville de Hyères  grâce à sa collection nommée Urethane Pool, Chapitre 2 .

S

Le prix Chloé a été décerné à l’allemande Gesine Försterling , diplômée de la Berlin University of Arts. Bien loin des stéréotypes de notre société, sa collection nous a montré l’évolution des tenues de travail comme nous ne l’avons jamais vu.

S

La Finlandaise Maria Korkeila, avec sa collection mode homme, abritée d’images de femmes séductrices a obtenu la mention spéciale du jury Mode.

S

Tandis que la Française Marine Serre a remporté une allocation des Galeries Lafayette d’un montant de 15.000 euros grâce à sa collection femme ordonnançant un mélange de sportswear représentatif des tendances actuelles et d’opulents vêtements arabes du XIXe siècle.

S

Leva Larbi

Photos réalisés par Margaux Sarlin   : 
H2 H3 H4 H5 H6 H7 H8 H9 H10

La liste dévoilée des finalistes du LVMH Prize 2017

Mardi 28 mars 2017, nous découvrions la liste des huit finalistes du LVMH Prize 2017. Depuis sa création en 2013, ce prix a su rassembler près 3 000 candidatures, regroupant ainsi 102 nationalités.

Cette année, le jury est composé de neuf directeurs artistiques de maisons LVMH ainsi que d’experts du groupe :

J.W Anderson (directeur artistique de Loewe), Maria Grazia Chiuri (Directrice artistique de Dior), Nicolas Ghesquière (directeur artistique de Louis Vuitton), Marc Jacobs (directeur artistique de Marc Jacobs), Karl Lagerfeld (directeur artistique de Fendi), Humberto Leon & Carol Lim (directeurs artistiques de Kenzo), Phoebe Philo (directrice artistique de chez Céline), Riccardo Tisci (directeur artistique de Givenchy), Delphine Arnault (vice présidente LVMH), Jean-Paul Claverie (Conseiller de Bernard Arnault) et Pierre-Yves Roussel (Président directeur général LVMH Fashion Group)

1

Ce jury se réunit afin d’élire le lauréat du prix « jeunes créateurs » qui remportera la somme de 300 000 euros ainsi qu’un suivi personnalisé sur une durée de douze mois à compter de la remise du prix. Le lauréat aura ainsi le privilège de bénéficier de plusieurs domaines d’expertise tels que la propriété intellectuelle, le sourcing, la production, la distribution, l’image et la communication, le marketing etc.

Focus sur ces huit créateurs prometteurs :

  • Antonin Tron

            Diplômé de l’Académie royale des Beaux Arts d’Anvers en 2008, ce designer a réalisé son apprentissage auprès du talentueux Raf Simons. Dès son retour à Paris, il travaille auprès de Louis Vuitton pour les collections homme, Givenchy pour les collections femme et la maison Balenciaga.

En 2016, il remporte le prix des Premières Collections de l’ANDAM (Association Nationale pour le Développement des Arts et de la Mode) et lance dans la même année son label ATLEIN. Durant ces années de travail, il a su tisser de très bonnes relations avec un fabricant de jersey dans l’est de la France avec qui il travaille aujourd’hui pour son propre label. Pour sa première collection, le créateur utilise une seule matière, le jersey dont il veut révéler toute la polyvalence.

Le label du créateur est commercialisé principalement en Europe, Asie, Etats-Unis ou bien sur les plateformes online comme Net-à-porter, Bergdorf Goodman ou Neiman Marcus.

2

  • Marine Serre

            Originaire d’un petit village de Corrèze dans le centre de la France, son bac artistique en poche, la créatrice décide de partir à Marseille pour suivre un BTS en stylisme et création de mode. Trois ans après, elle intègre la Cambre Mode(s), de l’Académie belge du stylisme et de la création de mode dont elle est diplômée depuis 2016.

Elle a su faire ses armes auprès de grandes maisons telles que Martin Margiela, Christian Dior ou encore Balenciaga pour Demna Gvasalia actuellement.

Le succès de sa collection « Radical Call for Love » est inspirée de vêtements de luxe arabisants du XIX ème siècle (caftan, karakou, sarouel etc.) et des tendances sportives des 1990 et 2000, le tout orienté vers une mode futuriste. « Le sarouel, c’est un peu comme le jogging, c’est très contemporain » note la créatrice.

La multimarque « The Broken Arm » à Paris, a exposé et commercialisé cette collection à l’automne dernier pendant la Fashion Week.

Enfin,  il faut noter que la créatrice disputera le concours du festival de Hyères dans la catégorie Mode, fin avril.

3

  • Maria Kazakova (Jankhoy)

            Brillant parcours pour cette créatrice russe de 29 ans : tout d’abord diplômée de la Bristish Higher school of Art & Design à Moscou, elle partira à Londres où elle intègrera un programme d’un an à la prestigieuse école Central Saint Martin. Par la suite, elle étudiera pendant 2 ans à l’école Parsons « Fashion Design and Society program ».

Maria Kazakova est très attachée au savoir-faire (broderies complexes et délicates, techniques de perlage, de tissage et de crochet) ainsi qu’aux matières.

Son travail est basé sur la recherche, et est issu d’une réflexion de l’état actuel de la Mode au sein de la société. Elle veut ainsi réinstaurer les valeurs du savoir-faire tout en célébrant l’importance d’une diversité culturelle, ethnique et esthétique.

Sa marque JAHNKOY est un melting-pot de sa personnalité, son héritage culturel et du quotidien. Sa première collection « The Displaced »  fait référence à la disparition de la culture du vêtement avec l’arrivé de la fast fashion et de ses conséquences. La deuxième a été la réalisation d’une collection capsule avec Puma de vêtements et baskets, avec des techniques bien particulières et customisée avec des cristaux Swarovski.

4

  • Molly Goddard

            Cette londonienne de 28 ans est également diplômée de l’école Central St Martins, avec une spécialisation dans le tricot.

Ses collections sont souvent inspirées des tenues de soirée, des habits du dimanche et font référence aux grandes occasions et au passage à l’âge adulte. Quant à la réalisation de ses créations, elle utilise des techniques traditionnelles de confection manuelle comme le plissage à la main, ruché, crochet etc.

Ses collections ont été présentées dans des boutiques de renom, comme Dover Street Market (Londres, New York, Singapore), Trading Museum Comme des Garçons (Tokyo, Paris), Club 21 (Singapore, Malaysia), Boon the shop (Séoul) etc.

En 2016, elle a remporté le prix du talent émergent aux Fashion Awards.

5

  • Nabil El-Nayal

            Ce créateur d’origine syrienne, arrive à l’âge de 14 ans dans la capitale anglaise. Son succès débute en 2008, lorsqu’il travaille en tant que « chercheur auprès du directeur de la création » chez Burberry Prorsum. L’année suivante, il collabore avec la marque « River Island » dont la collection s’est vendue en seulement 3 jours. Pour sa collection de fin d’études, le créateur a été sélectionné par Harrods dans le cadre d’une plateforme de ses lancements 2010. En 2011, la marque Nabil Ayal est née, et a fait ses débuts lors de la Fashion Week de Londres.

En 2015, il a notamment été sélectionné par le LVMH Prize et il a été invité à défiler pendant la semaine Mode de Paris où son talent a été très apprécié auprès de grandes personnalités comme Nicolas Ghesquière, Karl Lagerfeld, Dephine Arnault (vice-présidente adjointe de Louis Vuitton) ou Sarah Mower (chroniqueuse régulière pour l’édition américaine Vogue)

6

  • Kozaburo Akasaka

            Kozaburo Akasaka est un jeune styliste de 33 ans qui a étudié à Londres à la célèbre école de stylisme Saint Martins College of Art. Son diplôme de premier cycle en poche, Kozaburo décide de partir à New-York où il travaillera avec le petit protégé d’Anna Wintour : Thom Browne. Une fois cette expérience de terrain acquise, il décide de se concentrer sur le développement de sa propre esthétique vestimentaire. Il reprend donc un master de stylisme à l’école Parsons de New-York où il ne manquera pas de se faire remarquer car son travail de fin d’études remportera le défilé VFiles Printemps-été 2016. Sa vie new-yorkaise lui a permis faire évoluer son style intemporel et contemporain mais ayant grandi au Japon c’est une empreinte japonaise qui ressort le plus de ses créations, plus précisément le Japon des années 90, années où le créateur vivait encore là bas.

7

  • Yoon Ahn

            Cette créatrice américano-coréenne née aux Etats Unis où elle a étudié le graphisme, est actuellement basée à Tokyo. C’est ici qu’elle a développé son label de création expérimentale de bijoux et de vêtements « Ambush » lancé en collaboration avec Verbal (son compagnon) en 2008. Le très influent Pharrel Williams est allé jusqu’à choisir la jeune créatrice pour travailler avec lui sur la campagne adidas Superstar. En bref, nous allons continuer à entendre parler de cette jeune fille pleine de talent car elle a figuré en 2015 et 2016 parmi les 500 principaux influenceurs de la mode mondiale ! Ces créations sont à retrouver en France dans le célèbre concept store parisien Colette.

8

  • Cecilie Rosted Bahnsen

Cecilie est une designer de mode danoise qui a récemment obtenu un Master au Royal College of Art de Londres. Cette dernière a travaillé avec les plus grands, notamment pour le sulfureux John Galliano en tant qu’assistante directe du couturier. Elle décide en 2015 de lancer sa marque éponyme inspirée des silhouettes très féminines des Expositions Mondiales des années 20 et de celles des années 90 (période de son adolescence). Cecilie travaille énormément la technique de fabrication de ses pièces et joue des transparences et des opacités de ces dernières. À l’arrivée ses collections sont empreintes d’élégance tout en s’ancrant dans la modernité.

9

Pour savoir qui succèdera à la talentueuse Wales Bonner, gagnante du LVMH Prize 2016, rendez-vous le 16 juin 2017 pour l’annonce du gagnant et la remise du prix à  Paris.

Théa Courtial et Mathilde Corbière

 

Saison printemps-été 2017

Après une semaine de mars plus que douce à siroter des cafés en terrasses comme si nous étions en plein mois de mai, nous étions obligées de nous pencher sur les tendances mode de la saison printemps-été qui arrive! 

Au programme pour notre premier moodboard printanier : des imprimés fleuris (repérés sur le défilé Chloé) et des coupes fluides pour un look très seventies !

 

MB1 carré (1)

 

Chemise en soie, Comptoirs des Cotonniers, 145€

Boucles d’oreilles fleurs, Mango, 12,99€

Perfecto & pantalon fleuris, Sézane, 155€ & 95€

Lunettes de soleil, Céline, 280€

Headband, WAXetc, 25€

Fauteuil en rotin, Maison du monde KAWA, 199,90€

Jupon, Karl Marc John, 75€

Sac Demi Lune, APC, 430€ »

 Pour plus d'inspiration Liberty rendez-vous sur la page Pinterest

 

 

Paris Fashion Week AW17-18

Le défilé Louis Vuitton aura mis fin à la tumultueuse Paris Fashion Week cette année. Voici ce qu’il fallait retenir de nos cinq focus : Jacquemus, Loewe, Rick Owens, Off-White, Stella Mccartney.

 

  • Jacquemus – L’amour d’un gitan :

Simon Porte nous présente une collection époustouflante, imaginée comme la continuité de son œuvre dans Santons de Provence, L’amour d’un gitan fait référence à la ville des Saintes-Maries de la Mer, connue pour son accueil de pèlerins gitans célébrant la Sainte Sara dite Sara la noire.

Le pourtour méditerranéen est une fois encore célébré mélodieusement, de fait c’est la culture tzigane aux couleurs de la tauromachie qui nous transporte au gré des silhouettes.

Le noir est prédominant et le déstructuré des vestes souligne un caractère fort, envoutant de la femme nomade. Les différents chapeaux, l’un de matador et l’autre en cloche accompagnent et les motifs à pois et les sacs à chaîne ronds renversés.

Les mules gitan sont sans doute les pièces maîtresses jamais créées par Simon Porte, faites d’un large talon rond, un bout pointu et d’un soleil latéral formé de bandanas et de broches entortillées mordorées. Elles sont rose, rouge, noire, blanche et à pois, des couleurs des capotes de paseo et de brega et de la muleta des matadors postés fièrement dans l’arène.

Il nous livre ici sa propre ode à la Camargue dont lui seul pouvait aussi bien nous la conter.

L’inauguration de son premier showroom a par ailleurs eu lieu à Paris ce 4 mars 2017.

defile-jacquemus-automne-hiver-2017-2018-paris-look-6 defile-jacquemus-automne-hiver-2017-2018-paris-look-12 defile-jacquemus-automne-hiver-2017-2018-paris-look-23 defile-jacquemus-automne-hiver-2017-2018-paris-look-30 defile-jacquemus-automne-hiver-2017-2018-paris-look-35

La tenue que l’on retient : Le top croisé blanc et pantalon rayé (broche soleil)

 

  • Loewe :

Les mélanges de matières et textures semblent avoir été les maîtres mots de cette collection AW17-18 riche en silhouettes disparates.

A la tête de la direction artistique de l’enseigne, on retrouve le créateur Jonathan W.Anderson qui s’est employé à redéfinir la longueur chez Loewe.

On note la présence d’un jeu de transparence à carreaux associé à une maxi jupe restructurée d’une chaîne colorée.

L’une des robes est entièrement composée d’un effet patchwork de carrés de couleurs différentes donnant une perspective riche en informations.

La maxi robe bi-matière en nylon/cuir sculpte le corps quant à elle tend vers l’œuvre d’art, le buste est dégagé de par un décolleté intégral, un effet plissé presque gaufré argenté terminé par de radieuses manches bouffantes.

Chaque modèle porte une véritable preuve du génie d’Anderson, dont la vision de l’esthétique épouse avec grâce l’identité de la maison Loewe une fois de plus.

_loe0251_jpg_1015_north_1382x_black _loe0289_jpg_692_north_1382x_black _loe0640_jpg_3593_north_1382x_black _loe0715_jpg_957_north_1382x_black _loe0811_jpg_293_north_1382x_black

La tenue que l’on retient : La robe tri-matière/ top plissé

 

  • Rick Owens – Glitter :

Rick renouvelle l’expérience mystique avec une collection AW17-18 intitulée Glitter, un faux ami auquel il ne faut pas se fier pour appréhender ce défilé qui a investi le Palais de Tokyo pour l’occasion.

Les volumes sont XXL et superposés, des doudounes géantes en guise de top, les tops noués à la taille apportent le relief qui ne manque pas de définir collection après collection le travail de Rick Owens.

Du cuir plissé et un aspect matelassé, des vestes en daim et des finitions en fake fur s’ajoutent à des manches longilignes oversized.

Les visages de certains modèles sont intégralement grimés, une posture en lien avec des serre-têtes dont la base est étonnamment constituée de manches de hoodies cousues telles des oreilles d’âne ou trompes d’éléphants. Les têtes sont toutes couvertes, de hauts couvre-chefs plissés ou futuristes laissant apparaître l’ouverture d’un col comme un hublot sur la tête.

Les classiques sneakers montantes ont eu la délicate mission de parfaire les silhouettes, qui les unes après les autres consolident la sulfureuse réputation avant-gardiste du designer minimaliste.

defile-rick-owens-automne-hiver-2017-2018-paris-look-4 defile-rick-owens-automne-hiver-2017-2018-paris-look-10 defile-rick-owens-automne-hiver-2017-2018-paris-look-28 defile-rick-owens-automne-hiver-2017-2018-paris-look-36 defile-rick-owens-automne-hiver-2017-2018-paris-look-39

La tenue que l’on retient : Le full kaki

 

  • Off-White : 

Les spectateurs de la fashion Week ont pu contempler une nouvelle fois ce jeudi 2 mars la vision streetwear de la mode de Virgil Abloh.

Un style raffiné mais facile à s’approprier pour son côté décontracté que les OFF-Whitor adorent !La collection présentée signe avec l’ultra-féminité et la mixité des tenues dans des tons automnaux.

Passant de bottes à talons aiguilles avec des bases universelles comme le jean et le tee-shirt, Abloh a fait le choix d’exposer des silhouettes pures et graphiques par leurs lignes filiformes.

On y découvre des mini vestes tailleurs en jean ou à carreaux, des jupes en maille portées avec pour haut un bandeau mais aussi des robes en mousseline et dentelles aux coupes raffinées.

17193957_10212516880621748_1584666197_o 17195442_10212516881461769_2072827081_o 17195455_10212516880381742_1470793170_o 17200600_10212516881501770_1603940287_o 17237255_10212516880581747_1314786306_o

La tenue que l’on retient : Le total look à carreaux

 

  • Stella McCartney : 

Une fois de plus le style unique de Stella Mc McCartney se particularise par la qualité de ses coupes et de ses formes exagérées mais aussi par l’assurance spontanée, marque d’une féminité voluptueuse au travers d’un vêtement fonctionnel.

La collection présentée ce lundi 6 mars 2017 à Paris nous dévoile une femme nonchalamment élégante, séduisante par son naturel.

Entre autorité d’un vêtement masculin-féminin ; la femme défile avec des couleurs neutres et des matières contrastées. Elle porte des vestes oversize dont la coupe joue sur le volume du corps, des pantalons amples avec une allure décontractée, des robes et combinaisons sporty relevées d’imprimés sobres et graphiques. Tout cela dans un esprit enjôleur, un style féminin et pointu digne de son succès.

17193984_10212516880421743_1733822665_o 17200036_10212516881741776_2061963377_o 17200494_10212516881781777_395420399_o 17200608_10212516880541746_26580817_o 17236846_10212516880941756_1115722015_o

La tenue que l’on retient : La combinaison grise

 

Shérine Bakour & Léva Larbi

Page 1 sur 3

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén