Mode In Marseille

Le blog des étudiants du Master Métiers de la Mode et du Textile

Catégorie : NEWS (Page 1 sur 7)

MMM-Programme_Intercolor-1

Marseille accueille le collectif international Intercolor, afin de définir les tendances couleurs 2020, lors d’une rencontre portant sur le thème du sport.

34158612_1924657310886389_4986529611308335104_n

Les membres du groupe Intercolor présents lors de la Journée

Mercredi 23 Mai 2018, Marseille, sous la direction de la Maison Mode Méditerranée et du Comité Français de la Couleur, a accueilli les IntercolorEncounters, dans le but d’imaginer et de définir les couleurs printemps-été 2020.

Intercolor est un centre de recherche pour la couleur, un collectif de grande diversité qui réunit 16 pays membres. Chaque pays représente un organisme, une association ou un groupe de designer, mais aussi des instituts ou des universités.

Sous la marque Intercolor, des esprits créatifs se réunissent pour discuter de couleurs, de leurs changements et de leurs développements. Tous travaillent dans le secteur du design et de la couleur, et s’occupent des tendances, de la mode, du textile ou du développement de matériaux, dans des secteurs industriels divers et variés.

L’histoire Intercolor commence en 1963, avec l’industrialisation massive du prêt-à-porter et un  développement rapide de la mode qui fait naître un besoin international de communiquer. Les pays fondateurs sont le Japon, la Suisse et la France, puis le collectif s’étend petit à petit, jusqu’à évoluer vers un workshop interactif de grande envergure, dont les couleurs et leurs harmonies sont au centre de la recherche.

Jusque dans les années 70, les rencontres se faisaient uniquement à Paris pendant les salons du textile. Aujourd’hui, le collectif se veut mobile et voyage dans tous les pays membres afin de créer un collage culturel qui permet de connaître les tendances locales tout en créant une réflexion globale.

Pour cette édition, Intercolor s’est installé à Marseille et la recherche s’est déroulée autour du thème « Colour, Sport, Fashion& Innovation ». L’échange s’est articulé au travers du point de vue de différents acteurs du secteur de la mode et du sport, mais aussi des différentes cultures présentes.

Tours du monde…

Ce qui est intéressant dans la démarche Intercolor, c’est la diversité. C’est ce que nous avons pu constater dans la première partie de cette conférence, ou chaque représentant de pays est venu partager sa vision sur le thème de la couleur dans le sport, grâce à de courtes vidéos qui montraient bien à quel point cette discipline peut être traitée différemment d’un pays à l’autre.

Le but était d’observer comment la couleur s’inscrivait de manière globale, dans un processus créatif, industriel et de distribution. Aujourd’hui elle est donc aussi très largement ancrée dans le monde du sport et si avant, elle était surtout patriotique, elle est maintenant avant tout un symbole de modernité et devient porteuse de message. La couleur dans le sport est passionnante et devient un formidable vecteur d’expression.

33984481_1924656860886434_5132008331241586688_n

Membres Intercolor Suisse, Chinoise et Anglaise

De la mode et du sport, qui influence qui ?

La technique est toujours là avant la mode, mais la mode sait intelligemment rebondir sur quelque chose d’authentique, et c’est à cela que l’on distingue un beau produit.

Pour Sophie Bramel, Journaliste Sport Design, la mode et le sport s’influencent de manière réciproque. En effet, la mode est très inspirée par le sport en ce moment, et elle est constamment à la recherche de nouveauté dans le but d’alimenter les tendances. Le fait que le sport ait une fonction, rend le vêtement un peu plus intelligent grâce à différents processus comme l’évacuation de la transpiration, la protection de certains éléments, l’extensibilité… Pour la mode, c’est une manière d’être un peu moins frivole et un peu plus utile. Cela apporte un message nouveau.

34086018_1924657600886360_5577036070605815808_n

34016817_1924657160886404_4454948625843224576_n

Sophie Bramel, Yvon Berenguer et Dominique Cuvillier

La mode et le sport, selon Yvon Berenguer, Directeur Général du bureau de tendance IN MOUV, forment un véritable couple d’interaction. Les tendances sport sont très présentes sur le marché, et influencent aussi bien le prêt-à-porter que les créateurs. Ces dernières années, le sport a offert à la mode un apport technologique non négligeable en termes de matière, de souplesse, de solidité ou encore de légèreté.

La mode pioche énormément dans le sport, et le sport n’a pas envie de manquer cette occasion, qui fait le business de plein de marques de prêt-à-porter, alors qu’il pourrait être le leur. En réponse à cela, les marques de sport cherchent à développer des lignes plus urbaines.  Aujourd’hui, ces dernières veulent élargir leur marché et pénétrer la ville. Or avec un total look sportif performant, on peut difficilement avoir une tenue descente. Ce pourquoi, toutes les marques de sport cherchent un territoire lifestyle qui est d’ores et déjà  le marché de demain. La mode semble être un véritable vivier pour le sport, car elle permet des compositions de styles d’allures et de couleurs qui sont sans cesse renouvelées.

34036317_1924657047553082_1412618819578363904_n

Nathalie Restrepo et Olivier Guillemin

Ce phénomène est très notable dans le monde de la chaussure où la basket à su se démarquer de façon à prendre une place non négligeable dans la mode actuelle. Nathalie Restrepo, Consultante couleur Centre Technique du Cuir, nous raconte que l’histoire de la sneaker est étroitement liée avec les cultures dite « underground », et les mouvements de liberté. L’esprit rebelle inné de la sneaker est très apprécié et rapidement adopté par les jeunes pour lesquels, cela devient un moyen d’expression, leur permettant de revendiquer une appartenance communautaire. Avec l’engouement de la culture street, on constate une vraie explosion du marché de la sneaker, dont le style se diversifie et évolue. Plus récemment la tendance UglyShoes, terme utilisé pour ces chaussures de sport associées de façon éclectique à des formes excentriques, devient un itshoes.

Marion Lamarque, Color Design Managerchez Décathlon l’affirme : que cela soit dans une salle ou sur un terrain, le client souhaite être à jour sur la mode. Cependant, chez Décathlon, on s’intéresse beaucoup au praticien : tout part de la fonctionnalité. En fonction du sport pratiqué, les designers vont observer le mouvement nécessaire à faire pour définir une coupe, ou la cohérence entre le ressenti d’une couleur sur un produit et la discipline.

未标题-1

Marion Lamarque et Ariane Bigot

Chez Première Vision, plus grand salon textile au monde, le sport est assez récent. Cependant, Ariane Bigot, adjointe direction mode, constate que les fabricants de textile, en prêt-à-porter comme en Sport & Tech, ne se limitent plus exclusivement à leurs domaines, et de plus en plus de fabricants font les deux en même temps. Ainsi, ce phénomène de rapprochement a déjà grandement influencé la chaîne en amont. La frontière entre la mode et le sport devient de plus en plus floue et les choses sont beaucoup moins stéréotypées.

Mais alors, comment les couleurs sont-elles gérées quand il s’agit de sport?

Aujourd’hui, les couleurs dites « neutres » telles que les, bruns, marines ou encore le kaki, jusqu’à maintenant plutôt utilisées dans le casualwear, sont à la tendance dans les vêtements de sport. En revanche, elles sont toujours travaillées avec des touches plus vives et intenses parce que pour ces vêtements, la question de la visibilité est très importante. En 2017, par exemple, Ariane Bigot note que chez l’homme, le marine arrive en première position autant dans la mode courante que dans le sport. On note cependant, que les jeunes garçons portent des couleurs beaucoup plus variées dans le sport que les anciennes générations.

ss19-homme-couleurs-fr ss19-sport-couleurs

Certains sports sont plus aptes à pouvoir intégrer des tendances. En effet, plus le sport est proche du freestyle, c’est-à-dire d’une expression créative de soi, plus on va pouvoir intégrer des tendances graphiques avec des couleurs originales.

Le sport, ce n’est pas juste la compétition, tout comme la performance, ne s’exprime pas seulement par la compétition. Chez Décathlon, la performance, c’est dépasser ses limites. Par exemple, explique Marion Lamarque, la performance au Yoga, c’est atteindre le Nirvana par la méditation transcendantale. La performance, donc, n’est pas forcément stimulée que par des couleurs vives, et peut aussi l’être par des couleurs douces qui sont utilisées pour des pratiques qui cherchent à équilibrer le corps et l’esprit.

En revanche, les sports qui tendent vers l’ultra performant vont être portés par des couleurs qui donnent de l’énergie qui ont tendance à activer nos pulsations cardiaques, nous mettant donc dans des conditions pour être meilleur.

Dans certains sports aussi, la couleur traduit ce besoin de rejoindre une communauté et de partager des codes, comme en danse classique. C’est aussi le cas dans les sports outdoor, où l’on cherche des couleurs proches de la nature pour s’y fondre.

Le sport c’est aussi une question de contexte, à même de modifier la perception de la couleur. Le mot « sport » peut être interprété de multiples manières : il peut vouloir parler d’un sport de compétition, en équipe ou individuel, mais aussi d’un loisir, pendant des vacances au ski ou à la plage. Et alors, souvent, on se permet des couleurs plus vives qu’on ne pourrait pas porter dans le cadre du travail, voire même, de la vie courante.

Le contexte est un faire-valoir extraordinaire. Le blanc des pistes enneigées, le bleu de la mer, la terre battue d’un cours de tennis, vont éveiller les sens et donnent envie de se permettre des couleurs plus vives qui vont égayer les activités.

 

Voir plus loin…

La fin de cette rencontre s’est ensuite ouverte sur des questions d’écologie. En effet, Le développement durable est aussi en train de modifier la palette :Quand on parle de couleur de manière globale, la problématique de l’environnement est récurrente et très actuelle. Ce terrain d’approche mérite une pensée plus profonde, incluant une vision globale et responsable sur toute le processus du fabrication. La question reste en suspens, peut-être le thème des prochains IntercolorEncounters…

 Merci à tous les intervenants présents, ainsi qu’au Comité Français de la Couleur et à la Maison Mode Méditerranée pour cette journée très enrichissante, et un grand bravo à Maria, Léo, Amélie, Aleksandr, Makiko et Wissal étudiants au Master Mode pour l’entière réalisation de ce projet !

 Pour plus d’information à propos du groupe Intercolor :

https://www.intercolor.nu/

34111307_1924657797553007_728294125459210240_n

Aleksandr Simonov, PascaleAkiki, Annie Donnay, Maria Borgström, Léo DImondo, Amélie Brichet, Olivier Guillemin et MakikoHarada

 

 

Chloé NIVET et Yiyun ZHU

Crédits photo : © Chloé NIVET

 

 

OpenMyMed-Prize-2018_slider2

OpenMyMed Prize – l’édition 2018 en partenariat avec Koché

La Maison Mode Méditerranée organise cette année la huitième édition du Prix OpenMyMed qui permet à des créateurs vivant dans un des pays du pourtour méditerranéen de se faire sélectionner par un jury, sélection qui permet de gagner un accompagnement ciblé sur le marketing, le business et la communication. Les lauréats pourront profiter d’un workshop de cinq jours, le Fashion Booster Campus, pendant lequel ils seront coachés par des professionnels de la mode jouissant d’une réputation internationale importante, dans l’objectif de développer leur marque à l’international.

koché2

Grâce à l’appui de nombreux partenaires publics et privés ainsi qu’au succès des éditions précédentes, le festival – concours a acquis une considérable notoriété nationale et internationale. En parallèle, la MMM organise également la troisième édition du Festival OpenMyMed qui accueille cette année comme invitée d’honneur Christelle Kocher, créatrice et directrice de la marque Koché qui sera aux commandes de l’édition en cours. Christelle Kocher, que nous avons eu l’occasion de rencontrer en 2017 avec Lucien Pagès lors des rencontres de la mode organisées par la MMM et par notre Master des Métiers de la Mode, bénéficie d’une carte blanche qui lui permettra d’exprimer librement sa créativité et sa vision de la mode méditerranéenne.

koché

Un partenariat qui promet: Koché est une marque qui s’inspire de la « street-culture » ainsi que de l’art contemporain pour créer des collections acclamées et récompensées par la nomination à différents prix importants. L’inspiration et l’ouverture d’esprit de la créatrice sont ce qui rendent ce partenariat d’autant plus intéressant. Il ne reste qu’à attendre la première exposition qui se déroulera le 19 juin 2018 dans un lieu surprise.

Pour plus d’informations sur le festival nous vous invitons à consulter le site de la MMM: http://m-mmm.fr/Actualites/Festival-OpenMyMed-x-Koche

Fredi Caruso

Kes-Kes

Kes Kes c’est avant tout avant une histoire, celle de Faycal, éditeur graphiste, et Hinda, décoratrice d’intérieur. Parisiens, frères et sœurs, tous deux en quête d’un projet professionnel plus humain, l’occasion de l’ouverture des Docks ne leur a pas échappé…

En 2015 ils lancent Kes Kes et réunissent sous ce concept-store, aux influences nordiques et au style définitivement brooklynite un amas d’objets venant des 4 quatre coins du monde. Accompagné de Thomas, directeur de boutique, ils ont mis en place un business model précurseur. Un sourcing, qui en plus d’être respectueux se soucie du bien être des deux parties. Ainsi ce sont des vraies collaborations qu’ils mettent en place avec leurs fournisseurs.

En exclusivité ils présentent avec l’artiste japonaise Keiko, une collection de kimono aux imprégnations bien provinciales à travers leurs motifs. À défaut de pouvoir assister à la saison des cherry blossoms au Japon, Kes kes nous offre une sélection japonisante à travers l’exposition du photographe Cyril Barbotin et une sélection de petits gadgets et friandises venant du pays au soleil levant.

C’est d’ailleurs ce qui fait la force, beauté et différence de Kes kes. Leur volonté de proposer aux clients les meilleures pièces aux meilleures conditions, se fait ressentir. C’est une énergie très Feng shui qui règne dans la boutique. Chaque objet à son origine et attend que vous lui créiez son histoire. Pas moins de 1800 produits n’attendent que vous, que vous souhaitiez décorer votre intérieur, trouver un cadeau atypique ou offrir un bijou et cela pour tous les budgets.

Notre sélection d’objet est faite pour vous aider :

nb 1nb2

 

 

keskes 2

Anissa Berkani

 

Journée Portes ouvertes du Master Métiers de la Mode et du Textile

communiqué de presse

Découverte des coulisses de la célèbre marque marseillaise « Sessùn »

Les Master 1 ont eu la chance d’être accueillis ce vendredi 3 février 2017 par la créatrice de la marque Sessùn, Emma François. Ancienne étudiante en anthropologie et économie, c’est lors d’un voyage en Amérique du Sud, qu’Emma eut l’idée de lancer sa propre entreprise. Aujourd’hui, la fondatrice endosse les deux casquettes : celle de créatrice de mode mais aussi celle de chef d’entreprise.

sessun1

Créée en 1996, cette marque féminine au style casual, urbain et contemporain doit sa renommée à son originalité mais aussi à la qualité de ses produits. La créatrice n’hésite pas à dénicher les meilleurs tissus pour satisfaire ses consommatrices. Mais aussi à faire preuve de transparence quant à la provenance des matières utilisées, afin d’instaurer un climat de confiance envers ses clientes.

            Pour proposer ses trois collections annuelles, Emma François s’inspire de plusieurs éléments comme un film, un livre, un voyage, une histoire une égérie etc. afin de créer une histoire ainsi qu’un fort univers autour de la marque. Récemment, une collection mariage « Oui » est née, proposant 80 articles qui sont présentés dans un pop-up store permanent à Paris (rue de Charonne), afin de créer un véritable attachement émotionnel entre le client et Sessùn. Les produits de la marque sont également vendus dans 11 boutiques dont une à Berlin et une à Bruxelles, ayant chacune une scénographie différente.

BOUTIQUE AVIGNON

BOUTIQUE Bordeau

        Boutique Avignon                                                 Boutique Bordeaux

aix en provencetoulouse

Boutique Aix-en-Provence                                     Boutique Toulouse

Avant de visiter les locaux, Emma François s’est entretenue avec les étudiants et  leur a expliqué les missions des différents pôles de l’entreprise : en passant par le rôle du backoffice, de celui des rendez-vous matières et fournisseurs ou encore celui de la partie production, la créatrice a mis l’accent sur l’importance des différentes unités de la team Sessùn, qui sont complémentaires.

            S’est également posée la question des nouvelles mutations dans les métiers de la mode. En effet, la marque a fêté ses vingt ans en 2016, et a connu des changements quant à son organisation, au cours de ces dernières années. De nouveaux métiers sont apparus et ont pris de l’ampleur comme ceux du web. Il est donc devenu important que tous les employés de la marque travaillent de façon transversale. Selon la créatrice, aujourd’hui il est essentiel pour les jeunes diplômés de posséder des compétences de plus en plus croisées,  ainsi la transversalité est de mise.

Suite à ces précieux conseils, Emma nous a fait visité les différents pôles de sa marque,  tout cela dans une ambiance décontractée et conviviale !

 Nous remercions Emma François, ainsi que toute son équipe pour nous avoir fait rentrer dans leur univers chaleureux et plein d’inspiration…

  Mathilde Corbière & Théa Courtial

Fashion Week 2017 à Paris !

Le mois de janvier a été riche en découverte avec le début de la Fashion Week 2017 ; en passant par Londres, Milan puis dans notre chère capitale, où s’est achevée ce 26 janvier la semaine de la haute couture printemps-été 2017.

Nombreux sont les défilés qui se sont succédés à Paris, avec pour commencer, la présentation de la mode masculine automne-hiver 2017-2018 qui s’est tenue du 18 au 22 janvier.

Les fanas de mode ont pu y découvrir une mode masculine affirmée, faite de mélange d’idées et d’influences modernes. Une mode expressionniste qui questionne l’état d’esprit d’une génération en pleine mutation.  Avec en tête de file des maisons comme Balenciaga; Margiela, Vêtement, Yohji Yamamoto en encore Comme des Garçons Homme plus.

Du 22 au 26 janvier 2017 c’était au tour de la haute couture parisienne de s’exprimer sur les podiums avec des défilés poignants soulignés d’un maquillage psychédélique.

 

Retour en image sur la Fashion Week de Paris:

yYamamoto

 

  • Yohi Yamamoto PAP Homme automne hiver 2017-2018 présente une collection poétique et urbaine qui renouvelle le costume trois pièces en une version plus décontractée, en témoigne les proportions amplifiées des silhouettes masculines.

 

elie sab

  • Elie Saab Haute Couture printemps-été 2017 nous a présenté des robes de princesses orientales, en rendant hommage à l’héritage artistique de l’Egypte. On retrouve une femme élégante et légère ; sa taille marquée par une ceinture et bandeau dans les cheveux, elle est flottante dans sa démarche.  Les motifs qui recouvrent les étoffes sont inspirés de la calligraphie arabe. Une collection très raffinée !

etudes studio

  • Etudes Studio PAP Homme automne hiver 2017-2018. Avec ces coupes amples ces couleurs automnales, la collection présentée, dialogue avec l’art et propose une mode masculine décontractée, portée par des mannequins androgynes avec un regard graphique, le charme opère !

 

JPG

  •   Jean Paul Gaultier Haute couture printemps été 2017

Avec d’élégants tailleurs pantalons, un smoking, des jupes crayons taille haute, de longues robes noires transparentes, ou encore des jupes flamencos ; la femme fatale parisienne prend des allures de princesse hispanique, de déesse. Une collection extravagante et sophistiquée à l’image du  style du créateur.

 

balenciaga

  • Balenciaga PAP Homme automne hiver 2017-2018

Demna Gvasalia, pour son deuxième défilé Homme à la tête de Balenciaga ; a présenté une collection qui cultive une remise en question des codes esthétiques, une collection « corporate » où le détail à toute sa place et est saisissant. Il y réinterprète notamment le logo de la maison Kering, à travers un large sweat-shirt ou encore celui utilisé par Bernie Sanders en 2016.

Les formes des costumes traditionnels ont été retravaillées, les épaules sont déstructurées, le style est plus sportswear et mêle des chemises en flanelle à carreaux, de larges cabas sous le bras et de grosses baskets surdimensionnées. Un mélange de genre très contemporain pour des vêtements postclassiques qui conjuguent commentaire social et ironie.

 

iris

  • Iris Van Herpen Haute couture printemps-été 2017

La néerlandaise Iris Van Herpen nous a présenté une collection surprenante et futuriste. Une mode expérimentale composée de matériaux tout droits sortis d’un laboratoire où la femme fascinante est inorganique et semble flotter dans des tenues mouvantes. Mêlant l’art et la science, le savoir-faire de la créatrice est perturbateur.

margiela

  • Maison Margiela Haute couture printemps-été 2017,

Sous la direction de John Galliano la tenue de la femme est décortiquée, les structures des vêtements sont mises à nues pour rétablir un univers poétique et sensible. Soie, mousseline, et dentelle, les constructions sont inventives et gracieuses et nous montrent une femme ténébreuse et magnifique.

valentino

  • Valentino Haute couture printemps-été 2017, à Paris, janvier 2017

Valentino a fait défiler de véritables héroïnes de contes de fées dans des robes longues et plissées, inspirées des mythes et légendes grecs.

C’est l’imagination de Pierpaolo Piccioli pour son premier défilé solo à la tête de la maison qui nous amène en plein cœur de l’esthétique antique, marqué d’un expressionnisme abstrait. Les silhouettes sont aériennes, les tons écrus,  les coupes modernes et pensées pour être rêvées. La beauté féminine est brute et sculpturale.

vetement

  • Vetements Homme automne hiver 2017-2018

Demna Gvasalia a présenté une collection baptisée Stéréotypes qui retravaille les codes vestimentaires du vestiaire masculin. Les pièces créés couvrent l’ensemble des silhouettes que nous pouvons croiser dans la rue et s’adaptent aux différentes morphologies.

En s’inspirant des comportements sociaux sur l’habillement, le talentueux créateur s’est approprié les archétypes de la vie de tous les jours pour leur donner une dimension Vetement.

Cette « mode de rue » nous raconte une histoire tout en questionnant l’identité et le caractère des rapports sociaux au travers de ces looks.

 Léva Larbi

 

Les 20 nouveaux lauréats OPENMYMED PRIZE 2017 dévoilés!

Ça y est

Au terme d’une sélection rigoureuse des jeunes talents méditerranéens et grâce à votre e-vote;  les 20 lauréats OPENMYMED PRIZE 2017 ont été désignés par la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode (MMMM).

Retrouvez l’ensemble des profils des nouveaux Lauréats 2017, catégorie M MAJOR pour Marseille et sa région mais aussi MFP pour la région méditerranéenne au sein du Communiqué de presse de la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode:

 

 

OPENMYMED PRIZE 2017 encore quelques jours pour désigner vos créateurs préférés

Pour la 7ème édition OpenMyMed Prize 2017 promouvant de jeunes talents méditerranéens; la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode (MMMM) vous invite à soutenir vos créateurs préférés en votant sur les réseaux sociaux et ce jusqu’au 4 janvier 2017!

A l’occasion de ce concours annuel 20 lauréats sur les 40 présélectionnés (10 créateurs de Marseille et sa région pour les M MAJOR et 10 créateurs de la région méditerranéens pour les MFP) seront désignés grands vainqueurs de l’OpenMyMed Prize.

Sélectionnés grâce à votre e-vote, votre voie prendra place auprès d’un jury d’exception où le talentueux JACQUEMUS sera l’invité d’honneur.  

Gagner OpenMyMed Prize c’est avant tout bénéficier d’une assistance personnalisée qui permettra aux heureux vainqueurs de s’implanter solidement dans leur région et se développer à l’international grâce à une mise en réseau conséquente avec de grands acteurs du monde de la Mode.

Pour participer aux votes rendez-vous sur :

https://www.facebook.com/maisonmediterraneenne.metiersmode/photos/a.1059501754179509.1073741850.355284697934555/1059501767512841/?type=3&theater pour élire vos 10 créateurs M Major

Et

https://www.facebook.com/maisonmediterraneenne.metiersmode/photos/a.1059460310850320.1073741849.355284697934555/1059460330850318/?type=3&theater  pour  élire vos 10 créateurs MFP

Retrouvez toutes les informations complémentaires sur la page Facebook et le blog de la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode : https://www.facebook.com/maisonmediterraneenne.metiersmode/ http://www.m-mmm.fr

openmymed

Léva Larbi

 

LES RENCONTRES DE LA MODE: LA VILLA MÉDITERRANÉE

Étalé sur deux jours à la Villa Méditerranéenne, du 15 au 16 Novembre 2016 à Marseille; cinq personnalités du monde de la mode se sont succédées afin de nous faire part de leur parcours et d’en partager les moments forts tout en abordant les enjeux économiques actuels liés au développement et à la pérennité de leurs activités. Organisé par ses cinq intervenants: Jina Luciani, Dominique Barbiery, Yvann Pluswka et Vincent Faraco & Marijke ZIJLSTRA; mais aussi la Villa Méditerranée et son Directeur Bernard Valéro; ainsi que la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode (MMMM) et son président Matthieu Gamet, mais aussi Aix-Marseille Université et son Directeur des Études Roland Kazan avec l’aide du BDE du master, les rencontres de la mode furent une expérience très enrichissante. Retour sur ces deux journées riches en partage de connaissance.

  • Jina Luciani

Jina Luciani, libanaise ayant fait ses preuves à New York dans le milieu de la mode, et particulièrement dans la lingerie où elle est spécialisée depuis près de 10 ans, a trouvé accueil en Provence où elle décidera d’y lancer sa marque de « loungewear » et de lingerie.

Occidente créée depuis 2008 est la transcription de sa vision de la vie en Méditerranée, une vie à la fois trépidante et exaltante rythmée par un quotidien lui plus paisible et serein. C’est ce mode de vie qu’elle essaye d’insuffler à travers sa marque qui est d’autant plus en lien avec notre génération soucieuse des questions environnementales et regardantes quant à la composition et la provenance de ce qu’elle achète. Occidente qui détient le label GOTS et Oeko Tex se veut devenir votre seconde peau grâce à ses fibres naturelles et écologiques. C’est ce subtile équilibre entre esthétique et éthique qui fait le succès et la reconnaissance d’Occidente à travers les 15 pays où elle est distribuée.

15126215_1120105811377520_211893460_o

  • Dominique Barbiery

Directeur Général des Métiers d’Arts, filiale de la Maison Chanel, Paraffection, nous fait découvrir ou redécouvrir, l’histoire de Lesage, Desrues, Lemarié, Maison Michel, Massaro, Gooseens ou Guillet… Ces 11 maisons au savoir-faire d’exception, de la broderie à l’orfèvrerie en passant par la dentelle qui ont été rachetées et regroupées par Chanel. Que vous soyez familier ou novice de l’histoire de ces métiers artisanaux liés à la Haute Couture, il nous fait part de sa connaissance en toute simplicité en nous amenant littéralement dans les coulisses de la plus grande maison de mode, Chanel. Avec un discours rythmé d’anecdotes.

On y apprend, faute de s’y méprendre que Paraffection n’est pas une œuvre de mécénat, bien que la plupart des rachats se sont faits « par affection » comme le mentionne si bien Monsieur Barbiery. Il s’agit ici d’une stratégie visant à regrouper tous les corps de métiers qui ont fait la renommé de Chanel et d’en conserver ces savoir faire pour les transmettre aux générations futures afin de toujours maintenir cet avantage concurrentiel.

L’enjeux est également d’ordre économique, Paraffection travaille pour 60% avec Chanel mais détient de nombreux autres clients, elle détient aussi une dimension protectionniste et conservatrice de nos savoirs-faire nationaux et régionaux face aux rachats de grands groupes étrangers. Ce que l’on retient c’est que Chanel fait figure d’exemple en soutenant ces arts artisanaux, face aux nouvelles technologies, qui pourraient disparaitre si un réel travail de transmission de capital social n’a pas lieu.

dominique

Pour le deuxième et dernier jour du Cycle des Rencontres de la Mode, nous avons eu la chance d’accueillir encore trois fortes personnalités de l’univers méditerranéen mode et cosmétique.

  •   Yvann Pluskwa  

Cet architecte nous a parlé de l’architecture en règle générale mais surtout de l’architecture appliquée à notre domaine de prédilection : la mode. Ses auteurs de référence ne sont autres que Georges Vigarello ou encore Hannah Arendt ; pour lui, l’architecture, au-delà d’être un abri pour le corps, est un abri pour les rêves…

Il a organisé sa conférence autour de l’expérience sensorielle que doit avoir un espace sur son visiteur en nous montrant ses différents travaux pour des marques comme American Vintage, Sugar, Reiko ou encore Stella Forest. Il définit ce travail apporté aux différentes marques comme un « écrin » pour mettre en valeur le plus joliment possible les pièces de la marque. Sa démarche artistique auprès des différents espaces qui lui sont proposés s’inspire de l’imaginaire de la marque à travers l’univers et les produits de celles-ci.

Pour American Vintage par exemple, il donnera les mots : pureté, féminité, délicatesse, impétuosité et vitalité comme base poétique à son travail.

Grâce à Yvann Pluskwa nous avons tous pu prendre conscience de l’importance et de l’impact qu’a l’architecture d’un lieu de vente sur l’idée que l’on se fera de la marque.

15133920_1120105861377515_434165897_o

  • Vincent Faraco & Marijke Zijlstra

Changement de décor et direction St Rémy de Provence avec la marque Végétalement Provence qui nous a été présenté par un de ses co-fondateurs Vincent Faraco et de son assistante Communication, Marijke Zijlstra.

Cette fois-ci nous parlons cosmétique, mais pas cosmétique classique car il s’agit là d’une marque basée sur les bienfaits des huiles végétales et essentielles de notre Sud. La marque prône le beau produit, le beau service et le bon sens !

Tous les produits sont proposés aux particuliers mais aussi et surtout aux professionnels de la beauté.

Trop souvent victimes d’allergies ou encore d’asthmes dans leurs salons, les coiffeurs se tournent désormais vers la cosmétique organique, et ça tombe bien Végétalement Provence a créé pour eux toute une gamme de shampoings entièrement faits avec des plantes. Ils sont d’ailleurs les leaders organiques sur le plan international.

Étant tous les deux passionnés par les métiers de la beauté, ils ont également créé une Académie Internationale en Provence qui forme les professionnels de la beauté.

Leur groupe « Universal Beauty Group » regroupe 3 marques distinctes : Végétalement Provence pour les cosmétiques, Delabre & Faraco pour les accessoires et Kusunoki pour la coupe (ciseaux par exemple).

La générosité de Vincent Faraco a été salué par tout le monde aujourd’hui, alors servons nous de cette phrase qu’il a prononcé pour conclure ces deux journées de rencontres et d’échanges : « on est plus riches en donnant ».

15145209_1120105844710850_787681345_o

Mathilde CORBIÈRE & Annissa BERKANI

 

Ready Couture: Arab Fashion Week 2016

Lancée le 6 octobre 2016, c’est à Dubaï que la 3ème édition de L’Arab Fashion Week s’est tenue.

Durant cinq jours, 20 Maisons de mode issues de 10 pays arabes ont revisité le style occidental pour l’adapter aux coutumes orientales et nous présenter leurs collections Printemps-Eté 2017.

Cette troisième édition nous donne véritablement l’opportunité de repérer les créations d’un nouveau marché où la mode dépasse toutes les frontières culturelles, nous offrant ainsi, des collections d’un nouveau genre dans un style casual plus distinctif et  insistant, et cela, tout en s’inspirant des valeurs culturelles de ses créateurs.

Ce concept original, aussi connu sous le nom de Ready Couture,  se martèle autour du prêt à porter haut de gamme et de la haute couture, une manière innovante de présenter des collections destinées aux prospects du monde arabe.  Un monde où la mode et l’innovation ont leur place et le font savoir !

Rad Hourani, créateur de mode Canado-Jordanien, l’a bien compris. En brisant les limites du genre, il a proposé pour la première fois au Moyen-Orient une collection unisexe, un défilé inédit qui a su marquer les esprits.

Les yeux habillés d’une paire de lunette de soleil, les mannequins Hommes et  Femmes ont défilé avec une apparence androgyne, vêtus d’épais drapés qui englobaient leurs silhouettes, ils diffusaient au travers de la collection une vision neutre de l’unisexe où les limites imposées par le genre et l’origine n’ont plus raison d’exister.

sans-titre

 

Quant à  Leen Shieshaky, accompagnée de sa mère Suzan Farhoud, elles ont choisi de nous présenter des femmes indépendantes, habillées de jeans moulants, de jupes courtes et chemises transparentes;  laissant entrevoir le corps d’une femme libérée, au travers de tenues traditionnelles du Golfe, repensées dans une collection Out of the Garden. Un cocktail qui mêle habilement la modernité et l’élégance.

l

 

La touche vintage de la styliste Lamya Abedin, s’est également faite remarquer pour l’occasion. Dans une collection Voyage au Carnaval, inspirée du Carnaval d’Australie, elle  combine collerettes et sequins avec les bonnes mœurs de la culture du Monde Arabe. Ses mannequins arboraient leurs fières allures, enveloppés dans des robes et des jupes fluides à dentelle et broderie,  mais aussi en jacquard et brocart. Accompagnés d’accessoires en tout genre : ceintures,  chapeaux et sacs à main; le corps des mannequins est resté conforme aux attentes de la clientèle présente lors du défilé. Sans oublier les pièces de robes de mariée également inspirées par le thème  carnaval, qui ont sublimé la collection.

arab-fas


Léva LARBI

Page 1 sur 7

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén