Mode In Marseille

Le blog des étudiants du Master Métiers de la Mode et du Textile

Catégorie : NOS RENCONTRES (Page 1 sur 4)

rendez

Les rendez-vous M – Jeudi 3 mai 2018 Entre appropriation et appréciation culturelle, où se trouve la limite ?

31957110_1747318052025125_6756434025662906368_o

Début mai, les étudiants en première année du master des métiers de la mode et du textile ont organisé la deuxième édition des « rdv m », rendez-vous sous forme d’afterwork, ouverts à tous qui, au cours de discussions avec des professionnels de la mode invités par les étudiants, discutent de sujets d’actualité en rapport avec le domaine.

Lors du premier évènement, la conférence s’était portée sur l’influence de Marseille en tant que nouvelle ville mode et de l’importance du métissage culturel, caractéristique de la cité Phocéenne. C’est donc tout naturellement que ce deuxième rendez-vous s’est porté une nouvelle fois sur l’influence des mixités culturelles sur la mode, en invitant de nombreux acteurs du secteur de la mode ayant un attrait à la question de l’appropriation culturelle pour venir en discuter avec nous, autour d’une table ronde.

Ainsi, le but n’était pas de donner un avis, bon ou mauvais, mais bel et bien de soulever des interrogations sous forme de partage d’expérience, sans avoir la prétention de vouloir apporter de solution définitive.

Qu’est-ce que l’appropriation culturelle ?

L’appropriation culturelle est un phénomène mis en lumière dans les années 1980, avec le début des études postcoloniales. Il trouve ses racines dans l’histoire de l’oppression des minorités. C’est un sujet vaste qui aujourd’hui ne touche pas seulement la mode : L’appropriation culturelle est présente dans bien des domaines et se défini comme telle, quand une culture minoritaire se voit copiée par une culture dominante, en reprenant ses codes, sans se poser la question de l’identité originelle et symbolique de ceux-ci, les réduisant seulement à des objets de consommation « trendy ». Le problème est que, bien souvent, le sens de l’élément importé se perd, et se transforme en un objet purement esthétique et folklorique, qualifié d’exotique, renforçant les clichés et les stéréotypes qui peuvent déjà être présents.

Ainsi, la limite entre appréciation et appropriation culturelle est très légère et évidement tout aussi subjective. L’ambition de cette rencontre était, au travers des témoignages de chacun, de prendre conscience de ce phénomène, et de comprendre où pouvait se trouver cette limite. Comment faire de la mode un jeu de mixité et de métissage, tout en respectant l’intégrité et la dignité de chaque individu concerné ?

La mode comme hommage ?

Dans un premier lieu, il en a été convenu qu’une « bonne » appréciation culturelle selon Léo Peralta s’en tient, entre autre, à l’amour que l’on va mettre dans notre projet. Léo est un jeune créateur venu d’Amérique du Sud, et installé depuis quelques années à Marseille. Ses créations sont un mélange d’inspirations et de tissus d’origines diverses, et pour lui, mode et mixité peuvent être parfaitement juxtaposés si l’on créé avec notre cœur, si durant des voyages des rencontres, nous avons été touchés par des histoires, des paysages, des couleurs, que nous voulons à notre tour transmettre, partager, retranscrire sur un vêtement ou un accessoire. Pour lui, il n’est pas question d’appropriation ou d’exploitation, mais bel et bien de rendre hommage à des personnes croisées, des endroits visités.

31912140_1747318495358414_1684914184162115584_n    31946651_1747315978691999_8940256760594169856_n

Pour le trio créatif de Bellesunce, aussi présent pour l’occasion, il est là aussi question d’hommage. Bellesunce est une jeune marque purement marseillaise, fondée par trois copines, Mathilde, Juliette et Pauline, marseillaises et fières de l’être. Chez Bellesunce, la mode s’inspire de Marseille et s’en joue : les vêtements nous parlent du vrai Marseille, version authentique. La marque, avec la nouvelle collection masculine « Ligne soixante-dix », présentée durant la soirée, veut mettre en avant les hommes de Marseille et leur style éclectique, aux inspirations multiples, qui font la richesse de la ville et en parlent avec beaucoup d’amour : « On souhaitait rendre hommage aux garçons de la ville de Marseille et à leurs styles qui nous plaisent tant ». Bellesunce s’est aussi inspirée de ces hommes de la MPM, qui œuvrent chaque jour pour la ville en reprenant les codes de leurs uniformes, comme pour leur dire merci.

31517234_1747315765358687_5463155128716492800_o

Le vêtement, témoin d’authenticité et d’histoire ?

Cette quête d’authenticité est aussi le créneau d’Isabelle Crampes, fondatrice du site en ligne De Toujours. De Toujours s’attache à ne commercialiser que des produits authentiques et à en faire des vêtements de mode, tout en en rappelant constamment l’histoire, pour ne pas en perdre les racines, et ne pas dénaturer les vêtements ou accessoires. Pour Isabelle Crampes, les vêtements traditionnels peuvent très bien être portés par des tiers, étrangers à une culture particulière, à condition que l’on soit conscient de l’histoire du vêtement, de son origine, de ce pourquoi il était utilisé à la base. Chez De Toujours, tout est véritable, et pour Isabelle Crampes, « l’appropriation permet la survie ou la redécouverte d’une civilisation, d’une tradition, le maintien d’une histoire ».

31947214_1747316212025309_5888027308115099648_n

Marie-Antoinette, étudiante en Master des Métiers de la Mode et du Textile nous a présenté, au côté de Safae et Sofia, marocaines, et Yiyun chinoise, son habit traditionnel sénégalais. Pour elle, le maintien de l’habit traditionnel est très significatif. Il permet de porter son histoire, à même le corps, l’histoire de ses ancêtres. Il permet de se souvenir d’où l’on vient et de ce que les générations passées ont fait pour que l’on arrive là où on en est. Elle nous dit « L’appropriation culturelle, ce n’est pas seulement porter un vêtement dans le cadre de la mode, c’est porter un vêtement dans le cadre de l’histoire. Et moi mon histoire c’est le orange, c’est le vert, c’est le bleu, c’est le noir, mais c’est aussi le blanc ».

31957236_1747317865358477_1108010019435053056_n

L’appropriation culturelle met-elle des barrières entre les gens, ou au contraire, rapproche-t-elle les peuples ?

Yiyun, également étudiante en première année de Master, perçoit plutôt l’appropriation culturelle comme une barrière à l’échange interculturel. Yiyun nous a présenté au cours de la soirée, son habit traditionnel Chinois, le Qipao robe très typique de la culture et de la mode chinoise, qui était autrefois un signe d’émancipation chez les femmes. Cette robe fait partie des éléments les plus utilisés et détournés de la culture chinoise. Le Qipao incarne une beauté réservée, une élégance raffinée, mais bien souvent, ces élément sont vulgarisés par les réappropriations occidentales, ce qui fut le cas il y a quelques années sur un défilé Victoria Secret. Pour elle, « quand on méconnait une culture, on a tendance à en ignorer la diversité. On perpétue les stéréotypes en reprenant quelques éléments emblématiques et on les magnifie, dramatise. C’est vrai que les clichés font partie de la réalité, mais il n’y a pas que ça et c’est triste que la plupart des gens s’arrêtent à cela. En fait, au-delà de mettre certains habits ou coiffes, ce qui entraîne la vraie frustration, c’est le manque de volonté de s’intéresser en profondeur à une culture ».

31913941_1747317045358559_2372487509939585024_n31934757_1747317568691840_6938877514773168128_n

Pourtant, les barrières interculturelles, certains en font leur combat, comme Samia Ziadi, artiste et créatrice de mode autodidacte qui fait passer dans son travail un message engagé. Son thème? La république. Mais une république qui incarne une mode sans frontière. Elle travaille le vêtement comme un support étendard pour poser des questions sur des sujets forts et actuels tels que la jeunesse, la migration, la religion, l’identité sociale.

Et les grandes maisons dans tout ça ?

Au fil de la discussion, l’inévitable sujet de la haute couture est entré en compte. Le domaine du luxe n’y échappe pas, et les mises en scène de certains créateurs sont souvent pointées du doigt sur les podiums. Certains se sont par exemple sentis offensés par l’utilisation des dreadlocks en 2015 par Marc Jacobs, du wax par Burberry et Stella McCartney, ou encore du turban dastar chez Gucci, qui, maladroitement, perpétuent une certaine idée colonialiste du pillage des cultures minoritaires. Une remarque est soulevée dans l’assemblée : Très souvent si l’on croise une femme Arabe, coiffée d’un voile, ou une femme Africaine portant l’habit traditionnel, elle va être dévisagée, car elle ne rentre pas dans les codes occidentaux. En revanche, si une jeune femme blanche porte ces mêmes attributs, elle est « stylée ». C’est exactement la même chose qui est reprochée dans les défilés.

Petite mise en situation : est-il légitime d’acheter des babouches griffées à 500€? Oui, non, peut-être. A cette question, Léo Peralta s’exclame, non sans faire rire l’audience : « Si tu aimes vraiment les babouches, va les acheter au marché de Noailles ! »

Finalement, il ne faut pas oublier que nous faisons partie intégrante du système de mondialisation, et que ces emprunts participent aux métissages de nos sociétés. Ainsi, comme l’a noté Claude Lévi-Strauss, l’identité est un bricolage constant fait d’influences diverses dont nous sommes constamment traversés. L’ère ultra connectée dans laquelle nous évoluons nous ouvre en grand la porte de l’échange. Pour qu’il y ait un véritable échange, il faut qu’il y ait une véritable volonté d’apprendre de l’autre, nécessitant une éducation et une prise de conscience collective.

Nous souhaitons remercier tous les intervenants qui ont fait de cette soirée un terrain d’échange et de partage :

  • Leo Peralta, styliste de mode

http://leoperaltacouture.tumblr.com/

  • Isabelle Crampes, fondatrice de De Toujours

http://www.detoujours.com/

  • Samia Ziadi, Styliste de mode

https://www.instagram.com/samia_ziadi/?hl=fr

  • Pauline, Mathilde et Juliette de la marque Bellesunce

www.bellesunce.com

  • Erwan Colin, fondateur de la marque de montre Shammane

www.shammane.com

  • Damien Saison, créateur de bijoux et accessoires
  • Marie-Antoinette, Safae, Sofia et Yiyun pour leurs témoignages

Merci aussi au VV pour son accueil et ses délicieuses préparations,

Enfin, merci à Passionata, De Toujours, Maison Lejaby, PasSage, et Yiyun pour les cadeaux qu’ils nous ont offert pour l’évènement !

Chloé Nivet

Crédit photo : Chloé Nivet

0

Women@Dior 2018 – Partage d’expérience Sofia About

dior-women-programme-mentorat-1-1

Women@Dior est un programme de mentoring traitant de sujets comme « Empowerment, Education and Elevation ». Ce séminaire de 2 jours organisé à Paris les 12 et 13 Mars a réuni 200 jeunes étudiantes venant de part et d’autre du globe : États-Unis, Amérique Latine, Europe, Asie… 

Deux étudiantes de notre promotion ont eu l’honneur d’être sélectionnées pour participer à ce programme cette année. Sofia About, nous a raconté le déroulé de ces 2 jours enrichissants ainsi que ses ressentis, entourée des acteurs de cette prestigieuse maison.

Nous avons eu une première sélection faite par le directeur du master M. Rolland Kazan. Les critères de sélection de Dior étant : une jeune femme « Talentueuse, Ambitieuse et Généreuse ». 6 étudiantes de la promotion ont été sélectionnées, moi y compris.  Par la suite, un entretien téléphonique a eu lieu avec la RH Christian Dior Couture, qui m’a posé des questions sur mon parcours (formation et expériences professionnelles). Elle m’a annoncé la nouvelle en fin d’appel, ma candidature était sélectionnée,  je recevais donc le planning en début de soirée.

0

Lundi  Le 12 Mars en arrivant, nous ont été attribués nos badges, les plannings et bracelet avec 3 équipes  : les bracelet argentés, les dorés et enfin les noirs.  Suite à cela nous avons rencontré les Mentors (personnes travaillants chez Dior) et les Mentee (étudiantes) autour du petit-déjeuner. La conférence a débuté par l’histoire et l’évolution de la maison Dior, de 1961 à nos jours.

Nous avons ensuite été divisées par groupe suivant la couleur de nos bracelets.  Ayant un bracelet gris, j’ai participé à « The Art of Empowerment ». J’ai découvert la joaillerie Dior avec une présentation vidéo de Victoire de Castellane, directrice Artistique Joaillerie qui expliquait d’où elle puisait son inspiration. Par la suite, la styliste Dior nous a fait une démonstration d’assemblage des tenues avec les pièces de la dernière collection. Nous avons eu droit à une tenue par jour du Lundi au Dimanche avec les pièces phares de la maison.  Enfin, la dernière intervenante sociologue a traité de l’intelligence émotionnelle.

Suite à la pause déjeuner, les conférences ont poursuivi sur le thème des inégalités des femmes dans le monde avec  « The Women Foundation ».

En milieu d’après-midi nous avons à nouveau été divisées par groupes et avons visité les salons M. Dior et les ateliers de la maison.

La journée s’est clôturée avec des retours d’expérience de collaborateurs.

0

Mardi  La journée a débuté avec une succession de conférences  sur «Vitae, a sculpture on the moon », projet de sculpture sur la lune regroupant des milliers d’empreintes de personne dans le monde afin de symboliser l’humanité.  S’en est suivi une succession de conférences sur l’art de l’éloquence « The Power of Voice » , l’art des poèmes avec « My Destiny as a Star » et enfin l’histoire de l’art dans le secteur de la mode.

En milieu d’après-midi nous avons à nouveau été divisées en groupe selon nos bracelets. Mon groupe a suivi le programme « The Art of Elevating ». Il s’agissait d’intervention de 3 manageuses qui nous ont fait part de leur parcours personnel et professionnel au sein de la maison, les difficultés auxquelles elles ont fait face etc. Ce fut très enrichissant car elles nous ont donné les clés de leur réussite malgré les obstacles qu’elles ont pu rencontrer.

Nous avons clôturé la rencontre avec Emmanuelle Favre, RH Dior Couture et Maria Grazia Chiuri, directrice artistique de la maison qui a expliqué où elle puisait son inspiration avant de répondre à nos questions.

Sofia About

OpenMyMed-Prize-2018_slider2

OpenMyMed Prize – l’édition 2018 en partenariat avec Koché

La Maison Mode Méditerranée organise cette année la huitième édition du Prix OpenMyMed qui permet à des créateurs vivant dans un des pays du pourtour méditerranéen de se faire sélectionner par un jury, sélection qui permet de gagner un accompagnement ciblé sur le marketing, le business et la communication. Les lauréats pourront profiter d’un workshop de cinq jours, le Fashion Booster Campus, pendant lequel ils seront coachés par des professionnels de la mode jouissant d’une réputation internationale importante, dans l’objectif de développer leur marque à l’international.

koché2

Grâce à l’appui de nombreux partenaires publics et privés ainsi qu’au succès des éditions précédentes, le festival – concours a acquis une considérable notoriété nationale et internationale. En parallèle, la MMM organise également la troisième édition du Festival OpenMyMed qui accueille cette année comme invitée d’honneur Christelle Kocher, créatrice et directrice de la marque Koché qui sera aux commandes de l’édition en cours. Christelle Kocher, que nous avons eu l’occasion de rencontrer en 2017 avec Lucien Pagès lors des rencontres de la mode organisées par la MMM et par notre Master des Métiers de la Mode, bénéficie d’une carte blanche qui lui permettra d’exprimer librement sa créativité et sa vision de la mode méditerranéenne.

koché

Un partenariat qui promet: Koché est une marque qui s’inspire de la « street-culture » ainsi que de l’art contemporain pour créer des collections acclamées et récompensées par la nomination à différents prix importants. L’inspiration et l’ouverture d’esprit de la créatrice sont ce qui rendent ce partenariat d’autant plus intéressant. Il ne reste qu’à attendre la première exposition qui se déroulera le 19 juin 2018 dans un lieu surprise.

Pour plus d’informations sur le festival nous vous invitons à consulter le site de la MMM: http://m-mmm.fr/Actualites/Festival-OpenMyMed-x-Koche

Fredi Caruso

Les anciens du Master Mode – Zoom Carrière: Mathilde

Pour vous faire découvrir notre Master mais aussi les possibilités que le cursus offre à ses étudiants, nous vous proposons une série de rencontres avec d’anciens étudiants ayant entamé différentes carrières à l’issue de la formation. Zoom sur Mathilde aujourd’hui, qui réalise ses projets dans le domaine du visual merchandising.

Processed with VSCOcam with hb1 preset

Hello, pourriez-vous vous présenter brièvement ?

Je m’appelle Mathilde, j’ai 25 ans et je suis originaire du sud de la France (Montpellier).

Quelles études précédant le master avez-vous effectuées ?

Après mon baccalauréat ES, j’ai décidé de réaliser une MANAA ; il s’agit d’une mise à niveau en Arts Appliqués d’un an (communication visuelle, dessin, design d’espace, histoire de l’art, etc). À la suite de cette année j’ai intégré la licence Information et Communication de l’Université Montpellier 3.

Pourquoi avoir fait le master mode ?

Après une licence dans la communication assez généraliste, je souhaitais réellement me spécialiser dans un domaine où le marketing et l’identité visuelle ont une réelle place : le secteur de la mode, de la décoration ou des cosmétiques est apparu comme une évidence.

Qu’est-ce que vous avez appris ?

Le master m’a permis de me perfectionner dans les logiciels de graphisme, ce qui est pour moi essentiel dans mon projet professionnel.N’ayant que très peu de connaissances dans le marketing, les différents cours s’en rapprochant ont été très importants.Avoir un grand nombre de cours enseignés par des professionnels du secteur est selon moi un élément clé pour être confronté au mieux au milieu de l’entreprise.

Pourriez-vous nous parler de votre stage de 6 mois ?

Je suis depuis le mois de janvier, assistante Visual Merchandising pour la marque de prêt à porter de luxe accessible ba&sh. Ba&sh est une marque à taille humaine en pleine expansion avec une forte image de marque.

Nous sommes quatre dans le service Visual Merchandising et nous nous occupons de la partie visual merchandising dans les différentes boutiques de la marque, la création des guidelines, les recherches d’ambiances, les recherches de tendances/ couleurs, les contacts avec les fournisseurs pour les scénographies de vitrine installées à chaque saison, entre autres…

 Quel est votre avis sur le stage pour le moment?

Pour ce stage de fin d’études, je souhaitais trouver un secteur de l’entreprise qui me permettrait d’associer mes compétences créatives et marketing. Jusqu’à présent, ce stage répond totalement à cette problématique car je réalise énormément de contenus graphiques et créatifs tout en prenant en compte les retombées commerciales de la société lors de ces réalisations.

Les journées du visual merchandiser ne se ressemblent pas, on bouge énormément ; entre les déplacements en boutiques, les visites chez les fournisseurs et les créations de contenus pour les boutiques.

Pour le moment, cette expérience me conforte dans mon idée de travailler autour de la mise en valeur produit (visual merchandising, identité visuelle, etc).

Merci pour ton temps et bon courage pour la suite!

Interview: Zhu Yiyun

 

 

anouk portrait

Caring and sharing – Interview with Anouk Beckers (Part II)

anouk portrait

On the last day of the fashion design work shop with Pascale Gatzen (see article Part I) we had the chance to have a nice talk with one of the facilitators of the learning community, ANOUK BECKERS, a student graduated from art school. Let’s get to know more about this dynamic Dutch girl and her opinions on fashion and creation.

Can you speak a little about yourself? What did you study and your professional experiences?

I’ve just graduated half a year ago from the Gerrit Rietveld Academy in Amsterdam. I graduated from two separated departments, the Fashion Department and the Textile (TXT) Department. Fashion is for training future designers whereas Textile is more about developing artistic vision. Now I am starting my own brand: aNOUK BECKERS, which is the continuation of my graduation work. It is a modular system for garments. The idea of garments as unfinished objects is my starting point. There is always a possibility to change the silhouette with my garments. So it is always an on-going process. I would like to see it as a research.

work of Anouk photo by Eva Beeftink

So up till now, it is your most important project, right?

Yes! I graduated from two different departments with this one work as I developed it into artistic world and design at the same time. I made many pattern pieces, like different parts of garments, so they are unfinished. I invited people to choose the pieces and combine them by themselves, like puzzle game. I am amazed at how they had fun during the whole process.

I want to offer a new perspective of the fashion industry to people and to establish equality in the relationship between the designer and the consumer, the idea of co-production. I would like to collaborate with my clients and let them create and play. I also prefer the idea of series to collections because I don’t want to tell my clients to wear the garments in winter or summer, it can be at any time, in any form, as they want.

– Why did you choose to specialize in fashion, or maybe in your case more in art ?

I am in both domains, art and fashion. Actually, I studied social psychology before because I am interested in how human beings related to each other and the society. However, after a three years’ study, I feel that I am not fully satisfied with just using my brain since it is a discipline which needs a lot of thinking. From when I was little, I always need to make something, to create. I think I’ll be much happier if my profession is to create. So after finishing the psychology, I went to study in art school. Now I feel very satisfied to be able to create and use the thinking at the same time.

-Let’s talk a little about the workshop. How did you join this program and why?

It was Pascale (Gatzen) who had the idea to give this workshop. I got e-mails from two persons I know and then I contacted Pascale. Before coming to Marseille, we met in the group for three or four times to do planning in Holland. We thought about what would be important for us to tell you and to share. Finally, all these ideas come up with a series of exercices and things to do. Personally, the most important reason for coming here is that for me being creative and know how to create is the most valuable thing in terms of how I developed myself, it is such a gift. I thought it would be amazing if I can help you guys to discover it by looking around yourself and using your own experiences to express. Another important reason is to facilitate the communication between creators and managers, like between you and me. My goal is to show that fashion is much more than consuming, like this workshop offers an alternative thinking of the system.

As today is the last day, how do you feel about the work shop?

For me, the whole experience is so beautiful, being in the community, feeling the energy and sharing. I am very happy to have achieved the personal goal: to create an honest and open space. We learnt from each other a lot. Two weeks ago we didn’t even know each other while now we work so closely together.

anouk workshop 1

-Finally, what about your future project?

In short term, I think I will spend a couple of years to develop my own work, to realize my dream. More generally, trying to figure it out and what fashion is at the same time.

Good luck Anouk!

 

Interwiew and Text: Zhu Yiyun

Photo credits Chloé Nivet and Eva Beeftink

workshop

Caring and sharing – Témoignage d’un Workshop de création (Partie I)

Pendant deux semaines, la promotion actuelle du Master 1 en Métiers de la Mode a eu la chance de pouvoir participer à un workshop de création de mode hors du commun. Dans une optique d’éducation complète et ouverte, M.Kazan estime en tant que directeur de cette formation, qu’il est essentiel d’entrouvrir les portes du fashion design même à des étudiants de gestion dès lorsque ceux ci se spécialisent en management de mode. C’est ainsi que nous avons eu le privilège d’accueillir Pascale Gatzen, créatrice d’une mode alternative et professeur écoresponsable -connue à Marseille également pour son intervention importante lors de la conférence ‘Anti-Fashion’- , accompagnée de quelques unes de ses étudiantes les plus géniales, pour que ces personnalités hors du commun puissent nous initier au monde de l’inspiration et de la création.

workshop 2

En vue de mettre l’accent sur la recherche et la matérialisation de l’inspiration dans un premier temps, la première semaine a été consacrée à la formation d’une vraie communauté d’apprentissage composée des participants étudiants et des participants formateurs dans l’optique de former une « Learning Community » fonctionnant selon le simple mais efficace principe de l’échange de connaissances, d’expériences et d’inspirations. Les mots clés sont dès lors devenus ‘caring’ et ‘sharing’, pour un atelier de création mettant l’humain au centre d’une mode faite de soin et de partage. Nous avons ainsi pu partager les sources d’inspiration les plus différentes, récoltées au cours de nombreux exercices, aussi ludiques qu’efficaces dans notre recherche d’une créativité enfouie sous le prétexte d’une formation de faculté d’économie-gestion. La deuxième semaine a été axée autour de la création d’un vêtement sur base de l’inspiration récoltée auparavant, mais sous condition de procéder par recyclage, dans une optique de responsabilisation individuelle et collective bien trop souvent négligée à l’époque de la fast fashion.

26804363_2004018713185984_6053402456176951515_n

A l’issue de cet atelier de création certainement magique, il est devenu clair que si les mots d’ordre du business de la mode étaient ‘caring’ et ‘sharing’, le monde serait un endroit plus juste et plus joyeux. Pour que le monde de la mode devienne donc plus beau, soyons créatifs et responsables, car nous pouvons le faire tout en nous amusant!

Un grand merci à Madame Gatzen et à toute son équipe!

Fredi Caruso, Photos par Chloé Nivet et Wissal Chab

rdmblog2

L’essentiel Lifestore – plus qu’une boutique

Claire Grolleau, dirigeante et co-fondatrice de la marque Essentiel créée pour L’essentiel Lifestore ouvert en août dernier, a accepté lors de la première édition des Rendez-Vous M dans ce même lieu, de partager avec nous la philosophie de son concept moderne et innovant. Le but de cette conférence/afterwork organisée par les étudiants du Master 1 Métiers de la Mode, était d’échanger avec des professionnels sur l’effervescence des nouvelles villes mode et plus particulièrement de Marseille. Voici le récit d’un input précieux.

rdmblog1

Ayant effectué un parcours scientifique, notamment une formation en toxicologie de l’environnement, Claire Grolleau semble provenir d’un univers très éloigné de celui de la mode. Mais il s’agit d’une femme qui aime la créativité et la mode de façon instinctive et naturelle, car elle « aime la vie« . Les études scientifiques lui ayant conféré une considérable ouverture d’esprit, elle sait que bien des choses sont possibles lorsqu’on a une vision. Dans l’univers du développement durable depuis 30 ans, sa mission a été d’accompagner particuliers et entreprises dans la transition écologique. Madame Grolleau est à l’origine de la création de l’Ecolo-Crêche, pour citer un des nombreux exemples de son engagement. Pour elle, l’état de notre planète étant un reflet de l’état de notre société, le respect de l’homme et de la nature vont de pair

Consommatrice éco-responsable et végétarienne depuis 25 ans, elle s’est inspirée de sa vie quotidienne pour la conception de l’essentiel Lifestore. Il s’agit d’un lieu sympathique et naturellement chic où est proposé une consommation durable avec une offre de nombreux produits et services complémentaires : le client peut manger végétarien et bio, s’offrir de la mode durable, découvrir des cosmétiques biologiques et même consulter des naturopathes. L’approche met le bien-être et la santé au centre de l’expérience proposée par l’Essentiel Lifestore.

rdvmblog

La collection de vêtements « l’Essentiel » est constituée de pièces basiques. On y trouve des T-shirts avec des slogans parlants et des petites robes noires, classiques, indémodables et portables en toute occasion, toutes les saisons. Toutes les étapes, de la conception à  la mise en boutique, sont parfaitement respectueuses de l’environnement et de l’humain en vue d’aboutir à un produit hautement qualitatif assorti d’un prix « juste ».

Pourquoi Marseille? Pour notre interlocutrice c’est une ville intéressante et dynamique ou « encore beaucoup de choses sont possibles». La boutique profite de l’environnement naturel exceptionnel de la ville pour faire reconnecter les gens à la nature : juste devant la boutique le client aperçoit la mer. Plus loin entre les calanques et les ravissantes campagnes provençales, la nature de Marseille est en effet exceptionnelle. C’est cette nature dont est inspirée la décoration: le concept store est orné de poutres rappelant des troncs d’arbres, agrémenté d’une salle d’attente avec un sol en sable pour y mettre les pieds nus, le tout dans un style simple, épurée mais chaleureux avec un accent particulier sur les matières premières naturelles.

rdvm

Grolleau tient à préciser lors de la conférence qu’une vie saine et respectueuse de notre planète n’est aucunement contradictoire avec les plaisirs de la vie. Loin du discours moralisateur pesant de certains écologistes, elle accepte et aime les plaisirs, même futiles parfois, si importants. La mode doit rester plaisante, légère, mais elle peut l’être aussi dans le cadre d’une manière de consommer un peu plus sage, un peu plus responsable. Ne pas vivre au dépens d’autrui, ni de l’humain, ni du monde végétal ou animal : prendre soin de notre planète passe par cet impératif qui n’exclut aucunement les joies de la vie. La mode étant une industrie très polluante qui engendre une consommation phénoménale, il est devenu difficile d’éviter de tomber dans le piège de la fast fashion qui nous vends le rêve de toutes les nouvelles tendances à bas prix, mais qui se traduit finalement par un coût très élevé payé par notre planète. Pourtant, c’est notre mission d’exiger et donc d’engendrer un changement pour être des consommateurs qui aiment la mode et se font plaisir, sans en consommer au dépens d’autrui.

Notre intervenante constate en effet qu’une nouvelle conscience est en train de se développer, que ce soit au niveau des créateurs, des fabricants, des fournisseurs et même des consommateurs, le développement durable est entrain de prendre sa   place dans la mode et plus généralement dans l’esprit collectif. Un changement qui se fait de manière optimiste et passionnée, avec des concepts et des entreprises tel que l’Essentiel Lifestore.

Zhu Yiyun et Friederike Caruso

Photos: Chloé Nivet

rencontres de la mode flyer

Les rencontres de la mode – Portrait Lucien Pagès

Pour organiser cette édition des rencontres de la mode qui s’est tenue mardi 21 novembre aux Docks Village, la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode a étroitement collaboré avec le Bureau de la Vie étudiante du Master 1 des Métiers de la Mode et du Textile. Les organisateurs ont laissé Carte Blanche à Lucien Pagès – fondateur du bureau de presse éponyme, pour la présentation de métiers relevant du monde de la mode bien différents, mais surtout complémentaires.

IMG_7520

L’événement a été brièvement introduit par Matthieu Gamet qui, en tant que président de la MMMM, a effectué une présentation de cette association rappelant la mission de cette dernière dans la création, le développement, l’entretien et la promotion d’un certain ADN méditerranéen dans la mode, suivie d’une présentation des formations dans lesquelles la MMMM est impliquée.

Dans un premier temps de la rencontre, sont ensuite intervenues avec Lucien Pagès Alix Morabito – Fashion Editor aux Galeries Lafayette et Hélène Guillaume – Journaliste responsable de la rubrique Mode au Figaro Quotidien. Dans un deuxième temps, Monsieur Pagès a introduit Christelle Kocher, créatrice de la marque Koché et directrice artistique de la maison Lemarié (Chanel). Les trois invitées de Monsieur Pagès n’étaient certainement pas choisies au hasard, elles forment en effet un puissant trio de trend-setter par la combinaison des domaines de la création, des médias et des achats.

IMG_7661IMG_7515

Tous les intervenants ont exposé leurs trajectoires individuelles riches et variées, leurs différents métiers au cœur de la mode ainsi que leurs conseils empreints de connaissances et d’expériences. Un véritable échange a pu avoir lieu entre professionnels et étudiants sous forme de questions très différentes mais pertinentes et de réponses résultant de points de vue complémentaires.

***

Lucien Pagès, le personnage clé de l’événement, a particulièrement retenu notre attention, et il serait regrettable de ne pas vous en raconter un peu plus sur lui.

Portrait – Lucien Pagès

IMG_7483

Alors qu’il grandit loin des grandes capitales dans un village dans les Cévennes, depuis un très jeune âge Lucien Pagès est passionné par l’univers de la mode. Déterminé, il s’inscrit à l’école de la chambre syndicale de couture de Paris où il apprend le stylisme et le modélisme de manière classique et technique. La formation le déçoit, il n’est pas fait pour être styliste, mais il se rend compte rapidement qu’il n’est pas nécessaire de travailler dans la création pour intégrer l’univers fascinant de la mode. C’est dans la communication qu’il commence alors sa carrière: assistant du directeur artistique Marc Ascoli, il est chargé de promouvoir la marque.

Il décide en 2006 d’ouvrir son propre bureau de presse, dont le rôle est celui d’instaurer une relation mutuellement bénéfique entre les créateurs et les médias dans une optique de promotion de marques et de créateurs. C’est ainsi qu’il se charge de l’organisation de défilés, de journées de presse et de tout type d’événement de relations publiques pour les marques qui sont ses clientes et avec lesquelles il entretient des relations étroites de conseil, de partage de réflexions et d’idées. Actuellement, Lucien Pagès, représente une trentaine de marques comme notamment Koché, Jacquemus, mais aussi Courrèges qui essaye de revenir sur le devant de la scène.

Ce ne sont non seulement sa carrière impressionnante et ses clients importants qui rendent Lucien Pagès aussi intéressant, mais aussi la place centrale que son travail s’avère occuper dans le monde hautement concurrentiel qui est la mode. A la question sur le secret de son succès, il répond avec calme et franchise qu’il n’a jamais cherché à se faire des amis haut placés, mais plutôt de grandir avec sa génération. D’après lui, il ne s’agit pas de fréquenter Anna Wintour, mais plutôt de trouver la nouvelle version de cette dernière. Il s’agirait de laisser faire les choses, qui arrivent chacune à son temps. Assaisonnée de passion, de détermination et de beaucoup de curiosité, cette recette a certainement fait ses preuves pour Monsieur Pagès, qui explique ensuite qu’il est primordial de se nourrir soi-même de l’univers que l’on souhaite intégrer.

Un témoignage instructif et motivant, qui aura nourri l’inspiration et la détermination de nombreux futurs professionnels de la mode présents.

Zhu Yiyun et Friederike Caruso,

Crédits photos Chloé Nivet

 

Frédéric Barret : Directeur de marque Wiko à l’international

C’est au cours des mois de septembre à novembre 2016 que les élèves du Master 1 Métier de la Mode et du Textile ont eu l’occasion de discerner les techniques du Marketing qui sont essentielles au monde professionnel.

Avec l’intervention de Frédéric Barret ; directeur de la Marque Wikoo à l’international ;  ce sont les méthodes, les process du Marketing  mais aussi l’importance de la rigueur dans les échanges qui ont été soulignés.

En effet, dans une entreprise, tout comme dans la vie quotidienne, il est indispensable de comprendre ses interlocuteurs pour que le message soit clair et compris de tous ; mais aussi d’être curieux et de s’impliquer. Et c’est ce que Frédéric Barret a tenté de nous communiquer.

Nous avons voulu en savoir un peu plus sur lui, sur son parcours, son métier et ses responsabilités ; voici ce qu’il nous a répondu :

  • Quel cursus avez-vous suivi ?

« Après avoir réalisé une classe préparatoire scientifique, j’ai intégré une école d’ingénieur puis un mastère spécialisé en Marketing en Ecole de Commerce ».

  • Quel est votre secteur d’activité ?

«  Je travaille dans une startup française devenue maintenant une PME et qui a  une activité internationale ; spécialisée dans les smartphones et les objets connectés ».

  • Quel est le nom du poste (métier, responsabilités, hiérarchie) que vous occupez dans votre entreprise ?

« Je suis Directeur de Marque International au sein du service Marketing International de Wiko. Je suis en charge de 3 missions principales :

  • La stratégie internationale de la marque et tous ses outils identitaires
  • Les campagnes de communication internationales

Ainsi que tous les plans de lancements de produits, qu’ils soient stratégiques ou tactiques ».

  • Avez-vous choisi ce travail par passion ?

« Même si je ne suis pas un «geek», j’ai un vrai intérêt pour les technologies et les outils numériques. Le marketing ayant clairement évolué depuis que j’ai commencé à travailler, pouvoir faire ce métier au cœur du réacteur digital est justement passionnant ».

  • Selon vous, quelles sont les qualités requises pour être exercé votre métier ?

« Pour moi il y en a 3 :

  • La rigueur
  • L’esprit d’analyse
  • La créativité

      La rigueur et l’esprit d’analyse car contrairement à ce que l’on peut penser, construire une stratégie marketing cohérente s’appuie avant tout sur une capacité à parfaitement comprendre le marché et identifier les besoins des consommateurs. On peut considérer cette approche scolaire et à moins d’un coup de chance, ce n’est jamais intuitif.

      La créativité parce qu’une fois que le besoin est identifié et que l’angle d’attaque sur le marché est défini, il est nécessaire d’apporter quelque chose de nouveau que ce soit via l’innovation, les outils de communication, le ton… Et cette créativité ne s’apprend pas à l’école. C’est une créativité qui s’appuie sur une curiosité permanente partout, tout le temps ».

  • Quels sont les aspects les plus intéressants, selon vous ?
  • les moins ?

« Honnêtement c’est une question difficile parce que tout peut être intéressant dans le métier: de l’analyse à la finalisation du projet. Bref sur toutes les étapes. C’est un métier central qui permet d’avoir des contacts avec de nombreux services dans l’entreprise mais aussi avec les agences…

      C’est aussi un métier qui nécessite de se renouveler sans cesse. Par exemple, l’arrivée du Digital a complètement révolutionné ce métier dans les années 2000 et il a fallu non seulement s’adapter mais complètement changer notre manière de penser et de construire une stratégie marketing. Et aujourd’hui, on ne parle même plus de stratégie digital centric mais plutôt de smartphone centric car les outils de mobilités sont devenus les 1ers outils d’accès au web, et inévitablement ça change le comportement des consommateurs, et l’expérience qu’on peut leur donner.

Les moins, c’est peut-être les timings… On doit souvent travailler dans l’urgence et sous pression mais ça aussi, avec l’expérience on apprend à le gérer ».

  • Quels conseils donneriez-vous pour accéder à ce type de métier, au regard de votre parcours? 

« Dans un 1er temps avoir une expérience internationale qu’elle soit étudiante ou professionnelle.

      Ensuite, mais peut-être suis-je déformé par mon parcours de ce type, les méthodes de base du marketing s’acquièrent très vite et bien dans les grands groupes internationaux. C’est un apprentissage qui après, peut permettre d’évoluer dans des structures plus petites, plus agiles et sentir immédiatement sa valeur ajoutée ».

  • Pourquoi avez-vous accepté d’intervenir au sein du Master métier de la Mode et du textile de l’Université Aix-Marseille ?

« Il y a un constat : je suis très surpris que lorsque des jeunes diplômés, quelle que soit leur parcours, arrivent dans un service marketing et ne connaissent pas les méthodes de base du marketing. Ils ont une vision très générale et très théorique du marketing qui leur est enseignée.

      Donc j’ai voulu à la fois leur apprendre ces méthodes de base, qui leur permettront de se différencier lors des entretiens.

Et c’est encore plus vrai dans les métiers de la mode où ils vont évoluer dans un univers avec des profils très créatifs, voire même artistiques avec qui il faudra échanger et construire un objectif commun. Et seule la rigueur peut compléter avec efficacité la richesse créative des designers et de leurs équipes.

Et de manière égoïste, c’est également un challenge personnel. Les étudiants ne laissent rien passer… C’est donc aussi se mettre en danger. Se retrouver face à eux pendant plusieurs heures, c’est une manière de tester sa capacité à maintenir l’attention, à faire passer des messages, et je l’espère, à les aider à se projeter dans leur carrière… ».

  • Quelle vision, quel aspect, du monde professionnel leur avez-vous transmis ? dans quel but ?

 « J’ai voulu prouver que le marketing est un métier de rigueur. Que comme tous les métiers, tout le monde n’a pas de compétences marketing: ce n’est pas parce que tout le monde est capable de donner un avis sur une campagne de pub, que tout le monde est capable de faire du marketing. C’est très facile de réagir devant une publicité et de dire n’importe quoi, alors que devant un tableau financier, à moins d’être dans la finance, tout le monde se tait !

      J’espère aussi leur avoir fait comprendre que la curiosité est une clé de ce métier et que c’est en regardant ce qu’il se passe dans tous les secteurs – au-delà de la mode – que l’on identifie des best practices ou des nouvelles méthodes ».

barret

Léva Larbi

Galeries Clandestines: le nouveau e-shop expressif de la mode méditerranéenne

Lancé le 14 novembre 2016 à Marseille par deux jeunes phocéennes Emmanuelle SIMON et Cora BOUVIER; le nouveau e-shop révélateur des marques ambassadrices de la mode méditerranéenne porte le nom de Galeries Clandestines (galeriesclandestines.com). Un nom saisissant accompagné d’un logo codé en morse pour mettre en avant les créations glocales de talentueux créateurs.

visuel-galerie-clandestine

 Née d’une passion commune pour la mode, le site, coréalisé avec l’agence Activist studio nous propose une mode indomptable où le savoir-faire des créateurs se conjuguent  à la qualité des produits proposés.

Inscrit dans une démarche de Slow Fashion, Galeries Clandestines, expose cette mode libre du sud, cet anticonformisme méditerranéen aux influences culturelles multiples.  Son interface se présente au travers d’un site clair et structuré qui a pour effet d’emporter le visiteur dans l’univers de ses deux conceptrices. Un univers ou la mode du sud bien plus qu’une simple alternative à celle du nord, à toute sa place et le fait savoir !

L’accent est mis sur la nitescence des créations, sur le partage et la transmission. Avec un webdesign épuré, les informations importantes de cette nouvelle plateforme de distribution sont efficacement visibles.

eshop

Exploitant le potentiel de ce melting-pot méditerranéen, il ne fait aucun doute que le site est le produit d’une véritable démarche multiculturelle qui tend à fédérer toute une communauté autour du Slow Fashion.  D’un point de vue général, l’utilisateur n’a pas besoin de naviguer parmi de nombreuses pages pour trouver l’information qu’il recherche, puisque le design de la page fluidifie l’expérience utilisateur.  La mise en marché des produits est ainsi limpide ; permettant à l’internaute de trouver efficacement ce dont il a besoin, notamment au travers d’un lookbook reprenant les nouvelles collections des créateurs partenaires du site, et ce, pour chaque saison.

Au sein de Galeries Clandestines vous retrouverez des marques tels que ESPIGAS, VADI JEWELS, KODDES, MADEMOISELLE SOCIALISTE, LES MIDINETTES, STOCKHOLM SYNDROME ou encore LEI 1984, REGENT WOOD et bien d’autres encore, qui tous ensemble, contribuent à faire de la méditerranée, une terre d’inspiration pour la Mode.

Pour en savoir plus nous vous invitons à vous rendre à la soirée officielle de lancement : Les nuits Clandestines qui aura lieu le 20 décembre de 18H à 01H en partenariat avec le Collectif Borderline au 26 rue de la République 13001 Marseille.

Léva Larbi

 

 

Page 1 sur 4

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén