Mode In Marseille

Le blog des étudiants du Master Métiers de la Mode et du Textile

Étiquette : dior

dior

Intervention Dior pour les M1 du Master Mode

Christian-Dior-Couture-chez-AMU

La semaine dernière, le Master des Métiers de la Mode et du Textile a eu l’honneur d’accueillir au sein de son établissement Karin Raguin, Directrice Développement des Talents, et Manon Blua, en charge du recrutement et des relations écoles de la prestigieuse maison Christian Dior Couture.

Au programme, présentation de la Maison Dior, du monde de la Haute Couture, et de sa place au sein du groupe LVMH, puis échanges libres et retour d’expériences.

Christian-Dior-Couture-chez-AMU (1)

« Quel est votre rêve professionnel ? »

Forte de son expérience, Karin Raguin est venue discuter avec les étudiants du Master, de la maison de renom dont elle fait partie, du point de vue des Ressources Humaines. Pour elle, la philosophie RH Dior tient en un mot : Partage. Chez Dior, le devoir de transmission est très important et pour cause, l’héritage de la maison est conséquent. Chez Dior, il faut pouvoir comprendre le passé pour mieux aller de l’avant. La maison n’est pas figée, elle est en perpétuel mouvement, et se place autant dans la couture, ou le retail, que dans l’art.

La culture Haute couture : « Je fais, je défais, je refais »

Karin Raguin n’a pas oublié de souligner que le domaine de la Haute Couture est un monde d’excellence, d’où l’importance d’avoir une belle ambition, de se connaître, connaître son environnement, et de se faire connaître. Le but étant de sensibiliser les étudiants à l’importance de se créer un réseau.

« Transmettre, c’est s’aider soi-même » S. Toledano

Cette journée reflète, une fois de plus, l’engagement qu’a la Maison Dior envers le Master des Métiers de la Mode et du Textile, qu’elle soutient depuis son lancement à Marseille.

La Maison Mode Méditerranée est également un partenaire des évènements formation Dior, comme le Women@Dior, pour lequel elle a co-créé la première édition à Marseille en 2017, et dont des étudiantes en Master Mode ont pu prendre part cette année encore à Paris.

Un grand merci à Karin Raguin et Manon Blua de la Maison Dior pour leur intervention très enrichissante, ainsi qu’à la MMM et à la direction du Master, pour avoir permis cette rencontre.

Chloé Nivet

Crédits photo : MMM

Papier Glacé…Un siècle de photographie de mode chez Condé Nast au Palais Galliera, Paris

Image

Une exposition de photographies de mode qui réunit les collections Condé Nast New York, Milan et Londre depuis 1918 à nos jours. Quatre-vingt photographes à l’immense talent, tels que le baron Adolf de Meyer,  suivi par Edward Steichen, George Hoyningen-Huene, Horst P. Horst, Cecil Beaton,  Irving Penn. Puis, à partir des années 1950, Guy Bourdin, David Bailey, Helmut Newton, Peter Lindbergh, Steven Meisel, Inez van Lamsweerde & Vinoodh Matadin, Miles Aldridge etc.

Organisée d’une façon thématique, chaque photographe a son propre univers. Nous pouvons admirer des expérimentations visuelles, des mises en scènes narratives,  des jeux surréalistes, des corps glorifiés ou bien des portraits de mannequins… mis en valeur par des pièces vestimentaires de Dior, Lanvin, Balenciaga, ou encore Yves Saint Laurent. Pièces issues de la collection du Palais Galliera, qui permettent d’habiller ces œuvres photographiques.

Dans les salles de lecture, nous découvrons l’historique du magazine Vogue, ses couvertures les plus marquantes apparaissent sur écran digital et nous rappellent ainsi les célébrités qui ont marqué leur époque depuis plus d’un siècle. Egalement, sont diffusés des films contemporains sur l’avenir de la photographie de mode.

Le public peut se laisser porter dans un monde de mode plein d’élégance, de sophistication et de sensualité grâce à cette rétrospective temporaire,  jusqu’au 25 Mai 2014.

Lovcicov Georgiana, M1

Coulisses du Mariage à Ventabren, mon coup de coeur pour les robes de mariée Michel Bonzi !

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je vous propose de revenir sur mon expérience de ce weekend aux « Coulisses du Mariage »; salon du mariage privé (http://www.lescoulissesdumariage.com) organisé par 1001 Listes à Ventabren.

Cet événement à pour but de rassembler dans un lieu unique les différents partenaires de 1001 Listes. Durant ces deux jours, les futurs mariés ont pu faire le tour de tous les exposants qui proposaient différents services allant du choix de la robe de mariée, au photographe, au traiteur en passant par la liste de mariage (prestataire pour lequel je travaillais)  etc.

Ce rassemblement a eu un lieu dans un endroit unique : Le Moulin de la Récense. Un cadre d’exception, une ambiance très cosy où les futurs mariés ont pu être conseillés dans une atmosphère unique.

Image

Image

Image

Comme toute jeune femme, mon regard s’est porté sur les robes de mariée. Et plus particulièrement sur la collection de Michel Bonzi , couturier-designer.  J’ai immédiatement « flashé » sur ses robes et c’est pour cette raison que je me suis permise de lui poser quelques questions. Je vous propose donc de partager mon coup de coeur avec vous.

Michel Bonzi est un designer au parcours assez atypique. Avant de créer son entreprise en 1986, il a eu beaucoup d’expériences professionnelles toutes aussi différentes les unes des autres. Après son baccalauréat, il a tenté le concours des Beaux Arts, qu’il a réussi, pour finalement rejoindre une école de chimie. Peu passionné par la matière, il a ensuite fait un BTS comptabilité.

Durant cette formation, il créait en même temps son entreprise de vêtements. Depuis son enfance, Michel à été plongé dans l’univers du textile puisque sa maman couturière lui a appris les bases de la couture. Il a ensuite décidé de se consacrer entièrement à sa passion. C’est donc dans cette direction qu’il a commencé à s’auto-former. Il entreprend une formation continue et obtient plusieurs licences (permet de greffer ses produits au nom de la marque) notamment celle de la Maison Yves Saint Laurent.

Si on observe ses créations, on ne peut être insensible à cet univers : ses robes sont des pièces uniques, réalisées sur mesure avec énormément d’attention et de soin. Aucun détail n’est laissé au hasard.

Image

Ses robes m’ont interpellée puisqu’elles dégagent énormément d’élégance, de raffinement et de subtilité. Ce travail vient sans doute en partie de l’inspiration que Michel Bonzi puise dans les collections des Messieurs Christian Dior et Yves Saint Laurent des années 1950.

En moyenne, une robe nécessite 70 heures de travail puisque la plupart des éléments sont cousus à la main. En effet, il est impensable de manipuler de la dentelle ou de la soie, principales composantes de ces robes, à la machine à coudre.

Michel Bonzi m’a confié durant notre échange :  « Sans passion il ne peut y avoir de création ». Il est animé par son travail, son envie permanente de créer. Ce qui le différencie, c’est sa personnalité, puisqu’il tient à créer des robes selon sa vision, et ne pourra créer une robe dictée par le choix de la cliente si celle ci ne correspond pas à son univers.

Il est certainement « trop » perfectionniste mais c’est seulement de cette manière que l’on arrive à l’excellence.

Audrey C.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén