Mode In Marseille

Le blog des étudiants du Master Métiers de la Mode et du Textile

Étiquette : openmymed

OpenMyMed-Prize-2018_slider2

OpenMyMed Prize – l’édition 2018 en partenariat avec Koché

La Maison Mode Méditerranée organise cette année la huitième édition du Prix OpenMyMed qui permet à des créateurs vivant dans un des pays du pourtour méditerranéen de se faire sélectionner par un jury, sélection qui permet de gagner un accompagnement ciblé sur le marketing, le business et la communication. Les lauréats pourront profiter d’un workshop de cinq jours, le Fashion Booster Campus, pendant lequel ils seront coachés par des professionnels de la mode jouissant d’une réputation internationale importante, dans l’objectif de développer leur marque à l’international.

koché2

Grâce à l’appui de nombreux partenaires publics et privés ainsi qu’au succès des éditions précédentes, le festival – concours a acquis une considérable notoriété nationale et internationale. En parallèle, la MMM organise également la troisième édition du Festival OpenMyMed qui accueille cette année comme invitée d’honneur Christelle Kocher, créatrice et directrice de la marque Koché qui sera aux commandes de l’édition en cours. Christelle Kocher, que nous avons eu l’occasion de rencontrer en 2017 avec Lucien Pagès lors des rencontres de la mode organisées par la MMM et par notre Master des Métiers de la Mode, bénéficie d’une carte blanche qui lui permettra d’exprimer librement sa créativité et sa vision de la mode méditerranéenne.

koché

Un partenariat qui promet: Koché est une marque qui s’inspire de la « street-culture » ainsi que de l’art contemporain pour créer des collections acclamées et récompensées par la nomination à différents prix importants. L’inspiration et l’ouverture d’esprit de la créatrice sont ce qui rendent ce partenariat d’autant plus intéressant. Il ne reste qu’à attendre la première exposition qui se déroulera le 19 juin 2018 dans un lieu surprise.

Pour plus d’informations sur le festival nous vous invitons à consulter le site de la MMM: http://m-mmm.fr/Actualites/Festival-OpenMyMed-x-Koche

Fredi Caruso

miles_s7_f16

AGENDA #17 MODE IN MARSEILLE 2016

Et oui, c’est la rentrée, les vacances, les amis, les sorties et les balades : c’est fini. Mais bon, on ne va pas se laisser démonter, alors AGENDA DE LA SEMAINE !

Lundi 18 avril

Bon, je sais ce n’est pas forcément raisonnable de commencer ainsi, mais c’est sur la corniche que la semaine démarre avec la Dégustation Massilia Wine System / Fabien Le Berre.

Mardi 19 avril

Vernissage de l’exposition PORTRAITS #BMLMMXVI, portrait des acteurs de la Biennale Marseille Longchamp ! Puis petit tour au CARRY NATION afin de finir en beauté dans un lieu inédit.

Mercredi 20 avril

Après le succès de la WANEGAINE, voici le vernissage de l’EXPOSITION MÉTROCHROMIE, puis c’est au Jardin Montgrand qu’il faut aussi passer avec le Vernissage – Ecran Total Léon Seignourel. Puis on termine la journée à un de nos bistrot préféré pour l’After Work du 13B.

Jeudi 21 avril 

Jeudi soir nous allons à Aix-en)Provence découvrir l’Inauguration Boutique Red Soul, notre marque si chère au sud.  Animations et réductions seront au rendez-vous ! Si jamais vous êtes de retour assez tôt ou voulez rester sur Marseille, les Docks sont toujours prêts vous accueillir avec l’AFTERDOCKS#6 w/ Dj Kheops (I AM – SAD HILL).

Vendredi 22 avril

Rendez-vous pendant 3 jours au FRAC pour la première édition du Festival Rebel Rebel : fanzine art culture !

L’incontournable soirée #MAMADREDI c’est ce vendredi au Mama Shelter avec pour thème ¡ La Mama de Mexico !, cela risque de chauffer à l’hôtel ! Ou bien, Les Apéros Lounge vous invitent sur le toit des Terrasses du Port avec L’Open Air du Réfectoire – Sporto Kantes – Ven 22 Avril – Entrée gratuite.

Samedi 23 avril

Avec le Festival Hors Les Vignes découvrez un nouvel évènement autour du vin, des arts et de la culture toute la journée aux Dock des Suds ! Le soir, c’est au Polikarpov qu’on ira boire un verre, Bar qui organisa la Central 23.04.16 W/ Meteöres / Pinkass / Polymorphe : Polikarpov – Marseille.

Dimanche 24 avril 

Enfin, une action citoyenne pour notre ville avec l’opération GREEN MARSEILLE #3 Zéro Déchet St Charles – Les Docks, une initiative  pour notre bien-être !

Photo by Miles Aldridge

Processed with VSCO with f2 preset

CONFÉRENCE « CYCLE DES RENCONTRES DE LA MODE » DAY 2

On continue sur le deuxième jour de notre marathon des conférences avec les interventions d’Olivier Gas, directeur général de Gas Bijoux et Eric Ammar, PDG de GILCLAUDE. Deux hommes aux profils bien différents qui portent un attachement particulier à Marseille et aux valeurs familiales :

Olivier GAS

C’est à la fin des 1960 qu’André Gas, diplômé des beaux arts, décide de se lancer dans la confection de bijoux qu’il commence à vendre sur la célèbre plage de Pampelonne, image forte du glamour de Saint Tropez. Il a su trouver dans ses créations à la fois une inspiration et un mode d’expression. On identifie dans ses bijoux un véritable métissage culturel à l’image de Marseille, influencé par les pays du soleil : Inde, Mexique Colombie et New-York.

A l’aube des années 2000 André Gas est rejoint par ses deux enfants. Olivier, directeur général de Gas Bijoux est chargé de l’image et du développement de la marque à l’international. Marie quant à elle est responsable de la direction artistique.

Une institution familiale est née.

Perchée sur les collines dans les hauteurs de Marseille, face à la mer, se situe la Maison Atelier de la marque où l’on retrouve les artisans techniciens qui confectionnent les pièces uniques imaginées par Marie et supervisés par l’expertise de André Gas. Véritable « Tribu », la marque emploie à ce jour 120 personnes, et possède ses propres réseaux. De plus elle est présente au Bon Marché, dans 15 corners de Grands Magasins ainsi que dans 350 multi-marques.

Dans un soucis d’excellence, tous les bijoux sont testés en boutique, la fabrication en flux tendus est possible car la marque maitrise les outils de fabrication et de production, ce qui lui permet de garder l’ADN de la marque.

Gas bijoux est née de l’envie, de l’intuition et de la transmission de valeur et d’un savoir-faire familial. L’internationalisation de la marque de bijoux Haute Fantaisie s’effectue par la digitalisation, l’implantation et la distribution vers de nouveaux pays.

Eric AMMAR

GilClaude est une entreprise familiale fondée en 1958 par Jacques AMMAR. Basée à Marseille elle est le résultat d’un savant métissage entre le bassin méditerranéen et l’Egypte, pays d’origine de la famille. Depuis sa création, l’institution familiale est sujette à un changement de cœur de métiers tous les 10 ans, du simple atelier de couture sur Marseille au début de sa création à spécialiste de la maille coupée cousue, la société innovante et créative, développe des collections de vêtements jour et nuit pour femmes, hommes et enfants. Une évolution du modèle industriel rendue possible entre autre par les évolutions techniques et industrielles.

Face à ce constat, Eric AMMAR actuel PDG de la marque nous avoue avec une certaine ironie que depuis ses débuts, il a toujours connu le marché en « crise ». Ce qui n’a pas empêché à l’entreprise de comptabiliser 10 millions de chiffres d’affaires et 2 millions de Fonds propres ces dernières années.

Pour le PDG de Gilclaude, il est nécessaire de comprendre l’univers concurrentiel en cernant les besoins de chaque marchés, les contributions dans la chaîne de valeur pour les différents couples Client/ Produit ou encore les ressources à mobiliser pour réussir dans l’univers du textile.

Aujourd’hui la marque à su toucher de nouveaux marché tels que l’Angleterre, les Etats-Unis ou encore l’Italie grâce des implantations rationnelles en terme d’unités de production intégrées et certifiées. La société travaille avec l’Egypte qui dispose d’un des plus vieux savoir-faire de cotonnerie. L’entreprise possède également un puissant système d’informations et des bureaux de style chargés du sourcing en Turquie et en Chine. Néanmoins, c’est à Marseille que se situe le bureau créatif de la marque où travaille avec inventivité et réactivité une équipe composée d’une chef de produit, de stylistes et de modélistes. 

Eric AMMAR nous dévoile sa passion pour le développement des équipes et des projets. En plus d’être à la tête de l’entreprise familiale, il est aussi vice-président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille-Provence (CCIMP) ainsi que délégué au développement des TPE/PME.

 

12961146_1017276415029296_6879291491562598720_o

CONFERENCE « CYCLE DES RENCONTRES DE LA MODE » DAY 1

Durant 3 jours, nous vous ferons un compte rendu des conférences où se mêlent entrepreneurs, créateurs et étudiants. Zoom sur ces success story Françaises, mais surtout Marseillaises !

JEAN FRANCOIS & JOELLE REY

Jean François Rey est un créateur qui a bouleversé l’optique dans les années 80 : En instaurant une notion de design, en imposant un style nouveau et décalé, la lunette est devenu un véritable un accessoire de mode.

L’entreprise, créée en 1995, est donc axée sur la création et distribution de lunettes haut de gamme, pour homme, femme et junior. On retrouve la collection JF Rey, Boz, Volte Face, Sky Eyes (le dernier est solaire, mode et plus accessible).

JF REY EYEWEAR DESIGN c’est aussi un succès à l’international, enrichi par des subtiles collaborations : JF Rey x Metal Gear Solid, Italia Independent x JF Rey ou encore Birchbox x Sky Eyes.

Plus de 250 modèles sont créées et 200 000 montures sont vendues chaque année. On retrouve une boutique à Marseille ainsi qu’à Tokyo.

Jean François Rey, son épouse Joelle et l’équipe de designers s’inspirent du monde qui nous entoure : voyages, architecture, couleurs, cultures, art, nature, mode ou encore le Japon. Ce dernier est particulièrement attrayant pour le fondateur de la marque, puisqu’il apprécie le raffinement de la culture japonaise et l’influence des technologies high-tech.

Sur quoi repose le savoir-faire de JF REY EYEWEAR DESIGN ?

Tout d’abord sur une audace créative et un design différenciateur : Chaque modèle a une signature identitaire, qui se voit dans le travail de l’acétate, ou encore du métal. Les imprimés, le mix de couleurs sont créés avec soin.

L’entreprise consacre du temps à l’innovation : à la manière d’un laboratoire d’expérimentation, JF REY explore et associe de multiples matériaux : le bois, la céramique, le titane, la pierre, le cuir… Ainsi que de nouvelles technologies (brevets de charnière en titane). La technologie est réellement au service de l’esthétique.

VALENTINE GAUTHIER

Valentine Gauthier a créé sa marque il y a maintenant 8 ans. Marseillaise d’origine, elle se destinait à être ingénieur en écologie. Mais son amour pour la mode l’a rattrapé : Elle fait ses classes à l’atelier Chardon Savard à Paris, puis travaille chez Martin Margiela, avant de remporter le premier prix du festival des jeunes créateurs de Dinard. Ce concours lui a permis de rencontrer les personnalités du secteur de la mode, et elle s’est aussi faite accompagner par le Who’s Next pendant quelques temps. Elle finit par monter son entreprise en 2007, et son style, qu’elle définit comme « cool-urbain-mixé », rencontre en franc succès.

Elle ouvre d’emblée une boutique à Paris, et cette volonté lui viendra de Marseille : En tant que créatrice, elle a besoin d’aller à la rencontre des gens. La marque s’est également développée à l’international et dénombre 100 points de vente dans le monde.

La production des vêtements est minutieusement contrôlée, pour un gage de qualité, mais aussi dans un souci de respect envers l’environnement. Ainsi, pas de matières synthétiques, les tissus sont achetés en France et Italie puis les vêtements sont fabriqués en France tout comme les chaussures et la maille. Pour la broderie, c’est une usine entièrement composée de femmes en Inde qui se charge de la fabrication. Si Valentine Gauthier a besoin d’éthique, pour autant elle ne va pas le crier sur tous les toits. Cela est certes une force pour sa marque, mais elle ne veut pas être mis en avant pour cela. Et c’est pour ainsi  qu’on aime Valentine Gauthier : Du naturel, seulement du naturel. Exit le marketing!

What’s next ? Valentine aimerait créer une collection pour homme, ainsi qu’une ligne de maroquinerie. Le 15 octobre prochain, on retrouvera sa collection capsule dans les boutiques du Monoprix (homme, femme, enfants, décoration). La créatrice nous a confié qu’elle travaillait en « sous marin » pour d’autres groupes.

Et quand on lui parle de Marseille et la mode, Valentine nous explique que c’est ici qu’elle puise son inspiration, dans le sud. Tout comme Jean François Rey qui nous confiait ce matin cette admiration pour la lumière qu’il retrouve dans le bassin Méditerranéen. Marseille, c’est un mix des cultures, donnant naissance à une mode urbaine, colorée et « cool ». Pour Valentine Gauthier,  « on naît ici, on s’imprègne, puis on va l’exposer à Paris. »

La créatrice nous a confié qu’elle aurait adoré suivre notre cursus : Designer devenue chef d’entreprise, elle aurait aimé découvrir le marketing et la gestion pour maîtriser tous ces coeurs de métiers qui sont indispensables dans un business aujourd’hui.

Les étudiants remercient Valentine Gauthier, Jean-François Rey, Audrey Larbot ainsi que la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode pour cette journée riche en rencontres !

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén