Mode In Marseille

Le blog des étudiants du Master Métiers de la Mode et du Textile

Étiquette : palais galliera

13390905_10210111378879820_283844761_n

ANATOMIE D’UNE COLLECTION – PALAIS GALLIERA, PARIS

Dans notre série des expositions mode du moment, on se retrouve au Palais Galliera, pour l’exposition « anatomie d’une collection ».

Au travers de ce retour dans le temps, l’objectif n’est pas de comprendre l’évolution du vêtement mais l’importance de celui-ci. Certes, on retrouve des pièces de toutes les époques, de tous les sexes, âges, et de tous les vestiaires. Des pièces uniques, du corset de la reine Marie-Antoinette en passant par les premières robes de Paul Poiret jusqu’aux créations fantasques du mystérieux Martin Margiela.

Non, ici, pas d’ordre chronologique mais un enchainement de pièces emblématiques, apparentées à de véritables reliques.
Car ce qu’à voulu transmettre le musée de la mode de Paris au travers de cette exhibition, est que finalement les créateurs de ces vêtements ne sont que des fantômes de leurs créations, que les étiquettes griffées ne sont que futiles informations, et que la véritable beauté, le réel intérêt de ces accoutrements résident dans l’histoire des propriétaires et leurs tempéraments, et de l’instant pour lequel a été porté ce vêtement.

Pour plus d’informations: http://www.palaisgalliera.paris.fr/fr/expositions/anatomie-dune-collection

La Mode retrouvée : Les robes trésors de la comtesse Greffulhe

Le week end dernier, nous nous sommes rendus au salon du Who’s Next à Paris, et en avons profité pour faire une halte au Palais Galliera, afin de découvrir la garde robe de la mythique comtesse de Greffulhe.

Il faut également avouer que depuis notre cours d’Histoire de la Mode savamment expliqué par Catherine Ormen en personne, les robes d’époques nous parlent beaucoup plus: Manches gigots, crinoline, robe « tea-down »,  tournure… Nous étions donc parés pour l’exposition « La Mode retrouvée ».

« Aucun élément n’entre en elle qu’on ait pu voir chez aucune autre ni même nulle part ailleurs. Mais tout le mystère de sa beauté est dans l’éclat, dans l’énigme surtout de ses yeux. Je n’ai jamais vu une femme aussi belle. » – Marcel Proust à Montesquiou

L’aspect le plus enivrant de l’exposition était sans doute la fascination qui planait autour de la Comtesse de Greffulhe : Certains disent même qu’elle était la muse de Proust, tandis que Léon Blum la surnommait « l’Oracle ». Proche de Rodin, mais aussi proche du monde de la science, puisqu’elle soutenait Pierre et Marie Curie dans l’avancée de leurs recherches.

La comtesse de Greffulhe a également traversé les époques, et non pas des moindres: Second Empire, deux Républiques, les deux guerres mondiales, mais aussi la Belle Epoque, ou encore les Années Folles… Qui se reflètent évidement dans sa garde robe.

On retiendra évidemment l’époustouflante rode de soir de Worth, dites « robe aux lys » (1), mais aussi la robe de grand soir Jenny à la traîne carrée (2), ou encore la somptueuse cape du soir dite « Cape russe », offerte par le tsar Nicolas II et revisitée par Jean-Philippe Worth (3).

Nous finirons sur cette note, signée Proust, qui résume en une phrase ce que toutes les femmes rêveraient d’entendre: « Elle est belle du flamboiement des yeux fixés sur elle. »

Papier Glacé…Un siècle de photographie de mode chez Condé Nast au Palais Galliera, Paris

Image

Une exposition de photographies de mode qui réunit les collections Condé Nast New York, Milan et Londre depuis 1918 à nos jours. Quatre-vingt photographes à l’immense talent, tels que le baron Adolf de Meyer,  suivi par Edward Steichen, George Hoyningen-Huene, Horst P. Horst, Cecil Beaton,  Irving Penn. Puis, à partir des années 1950, Guy Bourdin, David Bailey, Helmut Newton, Peter Lindbergh, Steven Meisel, Inez van Lamsweerde & Vinoodh Matadin, Miles Aldridge etc.

Organisée d’une façon thématique, chaque photographe a son propre univers. Nous pouvons admirer des expérimentations visuelles, des mises en scènes narratives,  des jeux surréalistes, des corps glorifiés ou bien des portraits de mannequins… mis en valeur par des pièces vestimentaires de Dior, Lanvin, Balenciaga, ou encore Yves Saint Laurent. Pièces issues de la collection du Palais Galliera, qui permettent d’habiller ces œuvres photographiques.

Dans les salles de lecture, nous découvrons l’historique du magazine Vogue, ses couvertures les plus marquantes apparaissent sur écran digital et nous rappellent ainsi les célébrités qui ont marqué leur époque depuis plus d’un siècle. Egalement, sont diffusés des films contemporains sur l’avenir de la photographie de mode.

Le public peut se laisser porter dans un monde de mode plein d’élégance, de sophistication et de sensualité grâce à cette rétrospective temporaire,  jusqu’au 25 Mai 2014.

Lovcicov Georgiana, M1

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén